Connect with us

Santé

Santé : en Guinée, ‘’un patient qui a le VIH meurt toutes les 2 heures’’

Published

on

En prélude à la conférence des donateurs du Fonds Mondial contre le VIH, la tuberculose et la malaria, destinées à mobiliser des financements pour lutter contre ces maladies pour les trois prochaines années, l’organisation médicale humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) a animé ce mardi 8 octobre 2019, une conférence de presse à Coléah Imprimerie en vue d’exposer le bilan alarmant de la situation en Guinée.

Ce bilan fait état d’un grand nombre de besoins non encore couverts et aussi du fait que les fonds disponibles pour appuyer les programmes de prévention et traitement VIH ne sont pas à la hauteur de ces immenses besoins.

Depuis 2003, MSF a démarré un programme novateur, précurseur de prise en charge du VIH dans l’ensemble du pays. Les activités liées au VIH sont maintenant toutes rentrées à Conakry.

Selon Arnaud Badinier, chef de mission de MSF en Guinée, MSF veut à travers un rapport publié le 7 octobre 2019, interpeller les bailleurs du Fonds Mondial afin que les financements pour la riposte des maladies VIH et tuberculose soient maintenus ou augmentés

« Hier, MSF a publié un rapport portant sur le financement du VIH et la tuberculose. MSF veut à travers ce rapport interpeller les bailleurs du Fond Mondial qui réunissent demain à Lyon pour discuter des financements dans les prochaines années sur la prise en charge du VIH et de la tuberculose. Le message que nous voulons faire porter dans cette conférence c’est que si nous voulons accélérer la riposte de lutte contre le VIH et la tuberculose, alors les financements doivent être maintenus et je dirais même plus doivent être augmentés. En effet, dans ce rapport basé sur des études menées dans neuf pays, le MSF supporte des activités de prise en charge du VIH et de la tuberculose dont la Guinée. Nous démontrons que toute rupture de financement a un impact désastreux. On peut observer que la Guinée est d’ailleurs le seul pays où la mortalité, les décès liés au VIH ont augmenté alors que dans la sous-région ils ont diminué », fait-il remarquer.

Parlant des lacunes, le docteur Christine Bimansha Macy, coordinatrice du projet VIH de MSF à Conakry a affirmé qu’en raison du manque de fonds, les actions de dépistage ont été effectuées sur la population clé au détriment de la population générale. Chose qui entraîne une complication dans la prise en charge

« Tout d’abord en Guinée, la prise en charge est principalement concentrée à Conakry avec 62% de la prise en charge des services disponibles dans la ville de Conakry et le reste du pays en souffre déjà. Par rapport aux objectifs fixés par l’ONU-SIDA d’ici 2020, nous avons déjà un grand gap par rapport au dépistage. Seules 65% de personnes vivant avec le VIH connaissent leurs statuts actuellement. En raison du manque de fonds les actions de dépistage communautaires ont été focalisées sur la population clé et la TTME au détriment de la population générale, donc les tests de dépistage se sont avérés insuffisants pour permettre un dépistage de la population générale. Et sans dépistage précoce, il n’y a pas de mise sous traitement, et donc l’épidémie continue à évoluer, et donc la transmission continue à se faire et la vie de milliers de Guinéens est en péril. L’absence de dépistage et de connaissance de son statut entraîne des arrivées tardives dans les structures. Les patients arrivent dans un état de stade avancé de la maladie et malheureusement la prise en charge est beaucoup plus compliquée et ceci entraîne des coûts du côté de la santé beaucoup plus élevés que beaucoup de patients ne sont pas en mesure de s’offrir. Sur les 120.000 personnes vivant avec le VIH du pays, seules 48.575 ont été mises sous traitement, cela signifie qu’on autour de 40% seulement de mise sous traitement, 60% des patients ne sont pas mis sous traitement. Ce qui veut dire qu’il y a un risque de recrudescence de la maladie avec le nombre de nouvelles infections qui pourrait augmenter. Pour votre gouverne le nombre de nouvelles infections a été revue à la hausse. Jusqu’en 2018, on parlait de 6400 nouvelles infections par an. Aujourd’hui, nous sommes passés à 7200 nouvelles infections par an liées au VIH. Ce traitement à vie des antirétroviraux ne peut souffrir d’aucune interruption. Toute interruption du traitement entraîne des risques de résistances et d’échecs thérapeutiques. Malheureusement, la chaîne d’approvisionnement entraîne encore beaucoup de ruptures dans le pays et les patients sont exposés aux indemnités. Il faut mentionner que la Guinée a connu une augmentation de la mortalité de 7% alors que dans la région, la mortalité a reculé de 27% et dans toute l’Afrique elle a reculé de 37%. C’est pour vous dire combien la situation est catastrophique. A ce jour jusqu’en 2018 on comptait 4400 décès par an liés au VIH, ce qui signifie un décès chaque 2 heures d’un patient qui a le VIH en Guinée. Avec la baisse de financement, vous pouvez imaginer les conséquences qui seront encore plus dramatiques pour les personnes vivant avec le VIH en Guinée », a-t-elle prévenu.

Présente en Guinée depuis 1987, Médecins Sans Frontières collabore avec le Ministère de la santé dans la prise en charge gratuite des personnes vivant avec le VIH depuis 2003. En plus d’offrir à Conakry le dépistage, le traitement et le suivi du VIH, ainsi que des actions de promotion de la santé, cette organisation médicale appuie 8 structures de santé dont le CMC de Matam. Depuis décembre 2016, MSF a ouvert l’Unité de Soins de Formation en Recherche (USFR) au niveau de l’hôpital de Donka où elle offre une prise en charge complète des patients à un stade avancé de la maladie.

Maciré Camara

+224 628 112 098

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités