Santé reproductive et sexuelle: leaders religieux, parlementaires et hommes de médias guinéens en Tunisie pour s’inspirer…

Print Friendly, PDF & Email

Une importante délégation guinéenne composée de leaders religieux, de parlementaires, de femmes leaders et de professionnels de médias séjournent depuis hier dimanche au Carthage (Tunisie). Cette mission s’inscrit dans le cadre d’un voyage d’étude et d’observation initié par UNFPA-Guinée. Elle s’articule essentiellement sur des échanges d’expériences dans les domaines de santé de la reproduction et des violences faites aux femmes. Et s’étendra jusqu’au samedi 23 juillet prochain.

image 2

L’objectif est de s’enquérir de l’expérience tunisienne en matière de promotion de la santé sexuelle et reproductive à travers l’implication des leaders nationaux (religieux, parlementaires, société civile) dans le programme de planification familiale et de lutte contre les mutilations génitales féminines.

Ce lundi, la délégation s’est rendue au Centre de Formation Internationale et de Recherche (CeFIR) de l’Office National de la Famille et de la Population (ONFP), sis au Centre Urbain Nord. Dans la salle de formation dudit centre, elle suivra une présentation succincte de l’ONFP et du programme tunisien en matière de la planification familiale et de santé de la reproduction.  Nabila Lerjri (Deputy Director) qui s’est attelée à cet exercice, a donné les acquis de l’ONFP, en 40 ans (1973-2013) de parcours. Ces acquis se résument par un indice synthétique de fécondité (ISF) de 2.15 en 2011 contre 7.15 en 1966, d’une prévalence contraceptive de 62.5% n 2011 contre 31.4% en 1978 et 9% en 1996 et un taux de mortalité maternelle de 44.8 pour 100000 naissance vivantes en 2009 contre 200 pour 100000 naissances vivantes en 1956.

Ces résultats probants ont permis à la Tunisie, à travers l’ONFP, de bénéficier plusieurs (6) distinctions et prix entre 1987 e 2013.  Le prix des Nations Unies pour la population, la désignation de l’ONFP comme ”centre  d’excellence”, la (ré)désignation du CeFIR “centre collaborateur de l’OMS” pour la période 2013-2017.

Nabila Lerjri dira que ces exploits ont été possibles grâce à la volonté politique de l’Etat qui s’est réellement investi et l’accompagnement des partenaires. N’empêche, elle estime que beaucoup reste encore à faire. Ainsi, elle dira que l’heure est à la vigilance pour préserver les acquis et au redoublement d’efforts pour réduire l’écart des inégalités sociales.

Cette présentation a été suivie d’une visite à la direction générale de l’ONFP. En présence des directions techniques, le PDG, le Dr Rédha Gaata a souhaité la bienvenue à la délégation guinéenne. Il a rassuré que toutes les dispositions sont prises pour des échanges fructueuses entre la Guinée et la Tunisie.

Au centre de documentation de l’ONFP, également visité par la délégation, une bibliothèque de 18 000 documents est installée, facilite la recherche en matière de santé de la reproduction et de population. Gérée par une direction, elle fournit, par la richesse de sa documentation, toutes les informations relatives à la santé de la reproduction, à la population et à l’islam.

La délégation guinéenne est composée d’agents de santé de UNFPA M. Lancinet Kissi Keita et Mme Colette Hein, de leaders religieux El hadj Mamadou Saliou Camara, El hadj Amadou Soumaoro et El hadj Ousmane Barry, de cadres du ministère de la santé et de l’action sociale Dr Madina Rachid, Dr Fatoumata Diakhabi et Mme Djenabou Fofana, de femme leader Mme Mariama Béavogui, de parlementaire Mr. Fodé Amara Bocar Marega et de professionnels de medias.

image

Samory Keita, depuis Tunis au compte du réseau des journalistes en population et développement

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.