Saran Daraba : ‘’ils ont arrêté l’édition du livre « Mémoire collective ». En voulant enfoncer la Guinée, ils ont donné de quoi les abattre’’

Print Friendly, PDF & Email

Hadja Saran Daraba, ancienne ministre et ex-secrétaire exécutive de la Mano River Union a confié dimanche dernier  lors de la journée de la femme guinéenne, hommage à l’héroïne M’Balia Camara organisée par le mouvement Sékoutouréiste que le Livre « Mémoire collective » qui a suscité des débats les plus fous n’est plus en vente. A l’en croire, l’édition de l’ouvrage présenté en septembre 2018 par RFI et la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH)] a été arrêtée.

« Le livre qui a été publié par RFI en septembre 2018 (Mémoire collective), en voulant enfoncer la Guinée, ils ont publié des documents secrets du Sénégal qui accusent et la France et le Sénégal. Maintenant, vous ne pouvez plus trouver ce livre-là en vente. Je vous défie, allez en librairie ou commandez en France, c’est fini. Ils ont arrêté l’édition », révèle-t-elle devant un parterre de jeunes panafricanistes. Pourquoi ? Parce qu’ils se sont rendus compte qu’ils sont allés tellement loin, qu’eux-mêmes ils ont donné de quoi les abattre », répond-elle.

Poursuivant, elle a levé son mouchoir pour, dit-elle, « une jeune dame qui s’appelle Bilguissa Diallo ». « Elle vient de publier un livre ‘’Guinée, 22 novembre 1970- Opération Mar Verde’’. Lisez ce livre, elle raconte comment on a préparé l’agression portugaise de 1970 et comment son père a dirigé l’opération de l’agression portugaise. Moi j’ai beaucoup de respect pour cette fille-là. C’est la première fois qu’une personne guinéenne avoue avoir participé à l’opération contre la Guinée. Siradiou [Diallo, ancien journaliste et ancien opposant guinéen décédé en 2004] était dans le bateau, il n’a jamais reconnu jusqu’à sa mort. Cette Bilguissa je la respecte beaucoup parce qu’elle a eu le courage de publier les mémoires de son père. Le livre est en vente à L’harmattan », ajoute-t-elle. Déplorant le fait que la vraie histoire n’est pas enseignée dans le pays. « C’est vrai qu’on n’enseigne pas l’histoire, parce que les politiques qui existent, les gens sont tellement impliqués ou tellement compromis qu’ils n’ont pas intérêt à ce qu’on dise la vérité. Mais puisque vous avez été à l’école, vous avez un bout de savoir, tirez le reste du savoir. Il faut que vous vous formiez, il faut que vous vous informiez parce que si vous ne vous informez pas, vous ne saurez pas et si vous ne savez pas vous ne pouvez pas agir correctement », conseille Hadja Saran, une vraie dure à cuir.

Maciré Camara

1 Commentaire
  1. Balde boubacar 6 mois il y a
    Repondre

    Dans mon précédent commentaire, j’ai demandé en termes polis d’arrêter de raconter des <>,vous avez continuer à le faire..maintenant vous allez devoir lire en termes crus la vérité. ….

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.