Connect with us

Tribune

Au secours ! Ratoma en otage, Conakry aussi (Sidiki Camara)

Cela fait 8 ans maintenant que les habitants des quartiers riverains de l’autoroute le prince sont pris en otage et terrorisés dans un désordre total et permanent, provoqué par des manifestations politiques chroniques et systématiquement violentes, qui se transforment souvent en guérilla urbaine entre les manifestants et les forces de l’ordre. Ce désordre nous coûte la vie de nos compatriotes, leurs santés, leurs biens matériels (véhicules personnels ou de transport en commun, commerces, et domiciles vandalisés…). Il nous coûte aussi l’image et la crédibilité de notre pays (une instabilité politique et sociale permanente dissuadant les investissements étrangers.), et ses répercussions néfastes sur l’économie nationale, qui se porte déjà très mal.

L’Etat, garant de l’ordre et la sécurité, a cessé d’exister pour ces citoyens, qui subissent désormais la seule « loi » des jeunes militants politiques, essentiellement manœuvrés par le parti UFDG de CELLOU DALEIN DIALLO dans sa stratégie de conquête du pouvoir, pour qui la fin semble justifier les moyens désormais, quitte à utiliser CONSCIEMMENT des méthodes menant vers le chaos, et remettre systématiquement en cause les autorités et institutions étatiques, surtout sur l’encadrement légal de la liberté de manifestation.

Pourtant, dans toute démocratie, même celles qui sont solidement établies, cette liberté rhume toujours avec le devoir de maintien de l’ordre public. C’est pourquoi son exercice est généralement soumis à une obligation de déclaration préalable, qui permet aux autorités publiques d’évaluer les risques de trouble à l’ordre public, ensuite prendre des mesures qui s’imposent. Cette évaluation porte sur le motif, la date, la durée et l’itinéraire de la manifestation ainsi que le dispositif de coordination ou d’encadrement dont dispose les organisateurs, après cette évaluation, les autorités publiques peuvent demander des modifications concernant l’un ou plusieurs éléments cités (Date ; trajectoire ; durée…) ou interdire simplement la manifestation, si les autorités publique  estime que la manifestation projetée est de nature à troubler l’ordre public. Or, on voit clairement que si Cellou décide de manifester, peu importe la décision des autorités publiques, il manifestera comme il veut, quand il veut, où il veut et au tant qu’il, au risque de nuire gravement à la liberté des autres citoyens y compris ses propres électeurs, qui ne partagent pas sa méthode, ce qui fait de lui UN MANIFESTANT HORS LA LOI.

De l’autre côté, on a le sentiment profond que l’Etat a failli à sa mission régalienne de maintien de l’ordre et la sécurité dans la cité, notamment sur l’axe Sonfonia-Bambéto-port, or un gouvernement n’a pas lieu d’exister s’il devient incapable de protéger la vie et les biens de sa population. Il est difficile d’affirmer que cette faillite ait été cyniquement planifiée comme une stratégie de conservation de pouvoir par la discréditation de l’adversaire, c’est à dire, laissons-lui aller dans le mur et nous en tirerons profit. Mais le résultat est là, le désordre, la violence ’anarchie dans la cité, donc un échec pour tout le monde.

Le plus choquant dans cette situation ! C’est l’indifférence des uns et la démagogie des autres, comme si tout cela était le jeu démocratique normal ou la rivalité politique classique entre une majorité et une opposition. Non ! Non ! Si rien n’est fait, le chaos n’est plus loin de nous ! Chers Compatriotes. Nous devons être suffisamment intelligents dans un cirque, pour distinguer ce qui est le jeu de simulation classique entre l’animal de cirque et son dresseur et le moment où ce dernier perd le contrôle de son animal, c’est comme ça que nous pourrons sauver toute l’arène.

Pour ma part, je suis pour l’alternance politique et démocratique basée sur la confrontation idées et des projets, car cela enrichit notre pays. Mais je suis absolument contre les méthodes MACHIAVÉLIQUES de conquête du pouvoir, c’est-à-dire le pouvoir à tout prix ; pour la liberté de manifester contre le désordre et la violence permanente dans la cité ; pour l’Etat de droit, contre la remise en cause systématique de nos institutions et nos lois, car un Etat, c’est ses lois et institutions, aussi imparfaites soient elles !

Il est urgent de mettre en place une politique de reconquête de quartiers perdus, pour le bien-être des habitants de commune de Ratoma et usagers de l’autoroute le prince, dont la grande majorité ne souhaite que de vivre en paix, de pouvoir circuler librement et d’avoir une scolarité normale pour leurs enfants.

Nous devons d’abord sauver l’essentiel, c’est-à-dire la paix civile, ensuite le débat politique intelligent et constructif peut continuer. C’est la responsabilité de l’Etat.

En 2007, les guinéens ont été témoin d’un acte courageux et responsable de président Lanssana Conté, quand nous nous sommes levés comme un seul homme pour dire non à la corruption, non à l’injustice économique et sociale, nous sommes allé jusqu’au bord de chaos. Conscient du danger, président conté a immédiatement décrété « l’Etat de siège », une décision qui a permis de sauver l’essentiel. Nous sommes conscients que la nature et le contexte sont très différents, mais l’inaction dans les deux, ça a abouti à la même conséquence.

La reconquête républicaine pour laquelle nous plaidons, passer d’abord par le renseignement, pour identifier et démanteler les réseaux en toute légalité, ensuite la réinstauration complète de l’Etat dans ces localités, enfin des politiques publiques de désenclavement et de sécurisation des quartiers dans la durée, car ceux qui connaissent bien Conakry, savent que certains de ces quartiers sont historiquement sensibles , par exemple Dar Salam et Hamdallaye.

Sidiki Camara

Doctorant en Droit public économique,

Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales, Université de Lille

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook

  • Ebola en RDC, une urgence mondiale 19 juillet 2019
    Parmi les sujets d'actualité africaines développés dans les journaux allemands cette semaine, l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, qui a atteint pour la première fois la grande ville de Goma.
  • Les ordures aggravent les inondations à Conakry 19 juillet 2019
    Les déchets qui s'accumulent dans les caniveaux empêchent les eaux de s'écouler. Les constructions anarchiques causent également des problèmes en période de fortes pluies.
  • Tueries en Ituri: un silence qui fait écho 19 juillet 2019
    Dans les artères de la ville de Bunia en RDC, des jeunes ont défilé avec la tête d'une jeune femme décapitée. Leur but était de crier leur détresse, tout en espérant des réactions de la part des autorités.
  • Le désarmement a commencé en RCA 19 juillet 2019
    Le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion est enfin dans sa phase exécutoire. Cinq groupes armés ont engagé le processus, selon la Minusca.
  • Helsinki : une "coalition de volontaires" pour l'accueil des personnes secourues en mer ? 19 juillet 2019
    Helsinki, la capitale finlandaise, a abrité jeudi (18.07.19), une réunion des  ministres de l'Intérieur de l'Union européenne pour discuter de l'accueil des personnes secourues en mer.
  • Le Sénégal mobilisé autour des Lions de la Teranga 19 juillet 2019
    Le Sénégal va affronter l’Algérie à 19 H temps universel pour le compte de la finale de la coupe d’Afrique des Nations. Tout le peuple est derrière ses Lions face aux Fennecs.
  • Urgence mondiale ou pas, la riposte contre Ebola se poursuit 18 juillet 2019
    L'Organisation mondiale de la santé a donc relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'urgence sanitaire mondiale. Une décision qui laisse le docteur et ministre congolais de la Santé sceptique.
  • La CPI confirme la somme des indemnités dont Thomas Lubanga doit s'acquitter 18 juillet 2019
    Outre quatorze ans de prison, la CPI avait aussi condamné, en 2012, Thomas Lubanga à verser 10 millions de dollars aux familles des victimes. Une décision confirmée, jeudi, par la Chambre d'appel.
  • La directrice de la police judiciaire limogée au Burkina Faso 18 juillet 2019
    L'affaire des corps de 11 personnes retrouvés sans vie dans les locaux de l'Unité antidrogue continue de défrayer la chronique au Faso. Depuis, des mesures disciplinaires ont été prises au sein de la police nationale.
  • Un nouvel état régional menace de voir jour en Ethiopie 18 juillet 2019
    Depuis l'arrivée d'Abiy Ahmed, en 2018, les pressions entre communautés se multiplient. Outre le conflit entre Omoros et Ahmaras, les Sidama viennent désormais s'ajouter aux dossiers urgents du Premier ministre.
  • Angie et ses drôle de dames 18 juillet 2019
    Les journaux commentent le "coup" d'Angela Merkel. La chancelière a réussi a placé ses deux alliées les plus fidèles à des postes clefs : exécutif européen pour Ursula von der Leyen et ministère de la Défense pour AKK.
  • Allemagne: quel est le programme anti-immigration de l'AfD ? 18 juillet 2019
    Connu pour ses sorties controversées, quel est le réel programme du parti d'extrême-droite en matière d’immigration ?
  • Rapprochement germano-russe lors d'un sommet en Allemagne 18 juillet 2019
    Malgré l'absence d'Angela Merkel et de Vladimir Poutine, pour la première fois depuis 2014, les ministres des Affaires étrangères allemand et russe se retrouvent ce jeudi à Bonn en Allemagne.
  • Oly Ilunga s'interroge sur les motivations de l'OMS 18 juillet 2019
    Après la décision de l'OMS de déclarer l'épidémie d'Ebola urgence sanitaire mondiale, Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, réagit sur notre antenne. Selon lui, sur le terrain, cela ne va rien changer.
  • Crise anglophone au Cameroun: des parlementaires allemands proposent une médiation 18 juillet 2019
    La crise dans les provinces anglophones s’enlise. C’est dans ce contexte qu’une délégation de parlementaires allemands a récemment séjourné dans le pays pour proposer une médiation aux protagonistes.
  • Soudan du sud: un système de plus en plus répressif 18 juillet 2019
    Amnesty International dénonce une campagne de harcèlement, d’intimidation et d’attaques contre les adversaires politiques du pouvoir en place à Juba, y compris à l’étranger.
  • Ebola déclarée urgence sanitaire mondiale 18 juillet 2019
    Les experts du Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), réunis en urgence mercredi, ont relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale.
  • CAN 2019 : Le Nigeria termine troisième 18 juillet 2019
    Dans la petite finale, les Super Eagles ont battu la Tunisie 1-0 et montent sur le podium. C'est la septième fois de l'histoire que le Nigeria termine troisième de la CAN.
  • Trump, un président raciste à la Maison Blanche? 17 juillet 2019
    Les derniers propos de Donald Trump au sujet de quatre élues démocrates à la peau foncée ont décidément du mal à passer. Par tweets interposés, le chef de la Maison Blanche les a accusées de haïr l'Amérique.
  • "Que c'était juste" pour Ursula von der Leyen 17 juillet 2019
    Les journaux allemands reviennent sur l'élection d'Ursula von der Leyen  à la tête de la Commission européenne. D'ici à son entrée en fonction le 1er novembre, elle doit constituer une nouvelle Commission.