Sécurité : les révélations fracassantes d’un lieutenant de police

Print Friendly, PDF & Email

Le lieutenant Amara  Sylla est  en service   à  la Direction régionale   de la  police. Au lendemain de la chute du régime d’Alpha Condé ce policier est sorti de son silence et de sa réserve pour porter de graves accusations contre le Directeur général de la police nationale, Gl Ansoumane Camara ‘’Baffoé’’ et faire des recommandations au CNRD en vue d’un coup de balai au niveau de la Sécurité et de la Protection civile. Il l’a fait à travers un écrit envoyé à Mediaguinee. Lisez…

« Son premier choix était    d’apporter  son appui    au président  déchu et le 2ème   choix    se rallier  à    la junte ? Voilà autant de questions que l’on se pose.  Les   appels    sur  son réseau   Talkie, le  regroupement entre amis le jour  du coup    d’Etat et   bien évidemment    la présence  de sa force    spéciale   à  Coleah, siège   de   la Direction  nationale    de  la police   prouvent  à  suffisance   que   la police  n’était   pas  décidée  à  accompagner  le CNRD.   

  Soyons   plus    clairs, Baffoé  et   ses  acolytes  avaient     un  plan  B, mais  malheureusement   leur  plan   a été voué  à l’échec.    

Cette    police  a   perdu    son  sens    républicain. Elle a été pillée    par    une   bande  de   voyous    qui se sont  enrichis   sur le dos   des  policiers.   

Le  recrutement   ,  les   passations   de marchés relatifs aux   passeports   et cartes  d’identité  biométrique    ont terni l’image    de cette   police. Et mieux, ils   ont réussi    à asseoir  un lobby   pour   avoir avec eux  tout ministre     de   la Sécurité  qui venait  d’être     nommé.  Tous   les   postes   stratégiques   étaient  téléguidés    par ce groupe maffieux.  

La commission  administrative    de  la police  est dirigée  par un vieux qui est en poste  depuis  Sékou  Touré.   Le  comité technique  chargé  de la  réforme  est constitué   de vieux, dont la plupart   sont retraités. Sans oublier que des cadres   de valeur sont méprisés et marginalisés pour des raisons inavouables. Voilà autant  de   constats   qui   prouvent    éloquemment  que   la réforme   de  la  police   nationale ne s’est pas effectuée dans les règles de l’art.   

Le corps    de  la police   regorge  pourtant   de talents    et  de compétences qui ont porté  haut  le drapeau de la Guinée. On ne   manquera    jamais    de   souligner       ici   les  noms   des  cadres de la police qui ont été     distingués    par    les   missions    onusiennes  et  dans   les   hautes    écoles    de  police. Des cadres dont   l’expertise     et  l’expérience sont  sollicitées partout.   

Au lieu de les honorer comme cela se doit, on a plutôt préféré les ranger dans  les tiroirs comme   des objets. 

C’est pourquoi nous invitons le CNRD , dans   l’intérêt    supérieur   de  cette   corporation, à limoger    tous   les   généraux     de   la police (à commencer  par    son premier chef) ; à dissoudre  et à faire remplacer   le commandement    de la salle     de   transmission   absent    ce jour historique du 5 septembre ; à faire   intégrer   cette force   spéciale    de la police     dans   les    unités   de  la police   pour éviter   le pire ; à      extraire  la coordination de la BAC   de la tutelle    de  la police ; à remplacer    le directeur  général   de l’école    par  un   officier  au   rang     de   commissaire    divisionnaire ; à ordonner  à l’inspection   générale   des services    de police    de procéder    dans   les  meilleurs    délais au recensement      et à la   récupération   de tous   les    biens   de la police ; à rajeunir    la   chaîne   de    commandement  et  interdire  aux vieux   policiers    à  la retraite  d’avoir accès à  Coleah ; à ériger      la  direction    de   la   police  des    frontières     en office    pour   lui permettre    d’être  autonome ; à clarifier  cette  affaire   de  drogue     et poursuivre les  auteurs   et complices   au sein de la police ; à conduire  un audit   du fameux    projet   de carte    nationale        biométrique. », a écrit Amara  Sylla, lieutenant     de  police   en service   à  la Direction régionale   de la  police.

Mediaguinee

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.