L’Office anti-drogue saisit 4kg de cocaïne dissimulés dans des emballages de bonbons et biscuits

Print Friendly, PDF & Email

Les Services spéciaux de lutte contre la drogue et le crime organisé ont procédé à la présentation à la presse le mercredi 13 janvier 2020 de 4 kilos de drogue cocaïne en provenance de Sao Paulo. Cette quantité de drogue, dont 1 kilogramme était dissimulé dans deux sacs suspects et 2 kilos 950 grammes dans des emballages de bonbons et des biscuits, a été interceptée grâce à la finesse de la cellule de ciblage des services de douane basée à l’aéroport et à la brigade antidrogue des services spéciaux du crime organisé depuis le 1er janvier 2021.

D’après Ibrahima Khalil Camara, Commissaire divisionnaire de police et Directeur adjoint de l’office antidrogue, « la première saisie effectuée par la cellule de ciblage s’est effectuée le 1er janvier 2021 par le vol Ethiopian Airlines. Le présumé trafiquant a été interpellé, il répond au nom de Onezazou Augustin, de nationalité nigériane, en provenance de Sao Paulo, via Addis-Abeba-Abidjan-Conakry. Cette quantité de drogue était dissimulée dans des sachets de bonbons chocolatés et chaque bonbon renfermait 20 à 25 grammes de cocaïne dissimulés dans le sac de ce Nigérian. 

La deuxième saisie a été effectuée le même jour, 1er janvier 2021, cette fois-ci par la brigade antidrogue basée à l’aéroport. C’était dans deux sacs suspects qu’ils ont surveillés et finalement à la fin du dépouillement la brigade a pu découvrir 1 kilo de cocaïne dans ces deux sacs, toujours en provenance de Sao Paulo. 

Ils sont venus dans le même vol mais le second a utilisé une stratégie, il a envoyé les bagages, c’était un bagage non accompagné. Nous avons déjà son nom mais nous nous réservons de vous le dire parce que les enquêteurs sont sur ses traces. Il a laissé des traces parce que dans le même sac nous avons trouvé une trentaine de préservatifs. Ce qui a donné l’idée aux enquêteurs d’aller sur une piste de préparation d’un porteur incorporé à partir d’ici, parce que la drogue devait être reconditionnée dans ces préservatifs et le porteur devait avaler pour faire son voyage dans un pas d’Europe ou d’Afrique », explique-t-il. 

Interrogé, le présumé reconnaît être le porteur de la drogue dissimulée dans les bonbons et les biscuits. Toutefois, il déclare l’avoir reçue à l’aéroport de Sao-Paulo pour les envoyer sur Conakry.  

A ce jour, les services de sécurité ont détecté plusieurs modes de dissimulation de drogue par les trafiquants. Le Colonel Farimba Camara, Directeur de l’office central antidrogue, promet d’aller jusqu’au bout pour découvrir tous les modes de dissimulation.  « En voyant ces quantités de drogue, leur mode de dissimulation, vous comprendrez que la technologie du trafic de drogue est très performante. Ce qui, pour les enquêteurs, constitue également une grande finesse et une compétence professionnelle puisque plus l’enquêteur a la compétence professionnelle, plus il flaire les informations en matière de trafic de drogue. Ce fût le cas. Ces bonbons pouvaient être au marché noir sans comprendre que c’est de la drogue qui est dissimulée. Ces préservatifs pouvaient être présentés à n’importe qui et croire qu’il s’agit d’une protection physique alors qu’il s’agit d’un matériel de dissimulation de drogue pour ingestion. Ainsi, je demande à tous les services de sécurité engagés dans la lutte contre la drogue d’avoir plus de courage pour une compétence professionnelle. Et à nos chefs hiérarchiques, je leur promets, au nom de mon personnel, que nous irons jusqu’au bout pour découvrir tous les modes de dissimulation. À présent, nous sommes à plus de 45 modes de dissimulation. Et vous verrez encore l’ambition qui anime les trafiquants de drogue, c’est la même ambition qui anime les enquêteurs pour les dénicher », a-t-il déclaré. 

Maciré CAMARA

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.