Sékou Koureïssy Condé sur la marche du FNDC : « si elle doit se faire, elle se fera malgré nous »

Print Friendly, PDF & Email

Le président du parti Alliance pour le renouveau national (ARENA) a réagi lundi à la marche pacifique pour un retour à l’ordre constitutionnel du front national pour la défense de la constitution (FNDC) prévue le 23 juin prochain.
Pour Sékou Koureïssy Condé, si la marche du front devait se réaliser, ce serait malgré lui car, dit-il, il n’est jamais trop tard pour dialoguer. Il invite par ailleurs les autorités de la transition à donner toutes les chances à la paix.
« Je ne suis pas un opposant, je veux la paix pour tous et la stabilité pour mon pays. La manifestation est un droit constitutionnel indéniable et dans le contexte actuel, elle n’est ni notre souhait et si elle doit se faire, elle se fera malgré nous. La manifestation est un dernier recours pour ceux et celles qui n’ont pas de place autour de la table. Face aux manques de suites à nos multiples initiatives et autres appels au dialogue inclusif. Il n’est pas trop tard. Nous invitons, encore une fois, les autorités de la transition à donner toutes les chances à la paix.
A l’évidence, l’évaluation de la conduite de notre transition soulève aujourd’hui plus de questions que de réponses. Ceci mérite d’être pris en considération et possible d’être corrigé ensemble rapidement.
Notre volonté d’aider à trouver des pistes rassurantes et réconciliatrices ne fait l’objet d’aucun doute », a souligné Sékou Koureïssy Condé.
Et d’ajouter : « c’est à ce titre, que nous avons proposé et que nous réitérons notre proposition de mise en place d’un comité ad hoc composé de 12 personnalités pour 12 jours afin de faciliter la mise en place d’un cadre de dialogue et nous permettre d’aller tous ensemble. Aucun sacrifice n’est de trop pour ramener l’esprit de sincère acceptation mutuelle pour la paix et la stabilité de la Guinée ».

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.