Sékouba Savané à la RTG, ce dimanche : ‘’j’étais juste venu retirer mes effets personnels…’’

Print Friendly, PDF & Email

Beaucoup de choses ont été dites sur la présence de l’ancien Directeur général de la Radiodiffusion télévision guinéenne (RTG), Sékouba Savané ce dimanche 14 novembre 2021, dans les locaux de ladite RTG. Pour en savoir plus, nous avons joint le concerné lui-même.

A l’en croire, il était juste venu retirer ses effets personnels pour permettre à son successeur (Fana Soumah) de s’installer dans son bureau normal dès ce lundi.

« D’abord, je m’attendais bien à participer à la passation de service. Mais vu le lendemain du décret de mon remplacement ce que s’est passé à la RTG, je ne pouvais pas y aller. Parce que le lendemain du décret, ils sont allés prendre des jeunes de Boulbinet que je comprends, ça fait longtemps ils ne travaillent pas et ils sont en colère. Je précise que ce n’est pas tout Boulbinet, ils ont pris ceux qui étaient vraiment favorables à venir les accompagner à la RTG pour venir faire beaucoup de bruits là-bas plus quelques rares éléments de Koloma. Donc ils se sont mis là-bas à crier, à siffler et à faire des choses vraiment désagréables. Et les échos me parvenaient et j’étais très mal à l’aise. Parce que je me suis dis que cela ne reflétait pas vraiment la RTG au delà de ma personne. Or, depuis le 24 juillet dernier, je gère une hypertension. Ce qui est connue et au département et à la RTG. Je me suis dis que c’était malheureux que toute la journée, on relais qu’il y a une liesse populaire des travailleurs là-bas. On a donné la fausse impression que c’est toute la RTG qui a salué mon départ alors que ce n’était pas le cas. Beaucoup de jeunes qui criaient ce jour à la RTG ont été transportés. Ça m’a mis très mal à l’aise, ça même affecté un peu ma santé. Donc, cela a fait que finalement, lorsque la passation de service a été programmée le lendemain, j’étais obligé d’appeler le ministère pour expliquer mon état de santé, et leur demander la doléance de m’épargner d’aller prendre d’autres coups là-bas qui pourraient aggraver ma situation sanitaire. Pour cette raison, je ne suis pas allé à la passation de service. Néanmoins, la passation de service a eu lieu et Dieu merci parce que ça s’est très bien passé », explique-t-il.

Poursuivant, il a tenu à mentionner : « le lendemain, mon adjoint qui est monté Directeur général a envoyé un militaire de la garde de la RTG chercher le véhicule de fonction chez moi. Je me suis dis qu’il ne fallait pas attendre qu’il amène des personnes encore chez moi pour aller ouvrir le bureau. Parce que le jour de la passation de service, il a été installé dans son propre bureau parce que je n’étais pas là-bas. Donc je ne pouvais pas attendre lundi matin pour aller sortir mes effets. Ça lui ferait encore une journée de lundi sans possibilité de s’assoir dans son bureau normal. C’est pour cela j’ai pris la décision ce dimanche d’aller retirer mes effets personnels. Mais avant d’y aller, j’ai pris la précaution d’informer le secrétaire général de mon ministère qui m’a dit d’appeler l’inspecteur général. L’inspecteur général, quand je l’appelais, il était à l’église, il n’a pas pu me décrocher. Je suis revenu au secrétaire général pour dire que je n’arrivais pas à joindre l’inspecteur général. J’ai dit au secrétaire général, et si j’informais Fana Soumah lui-même ? Le secrétaire général m’a dit que c’est une bonne idée. C’est ainsi que j’ai appelé Fana qui m’a qu’il n’y a pas de problème », dira-t-il avant d’ajouter :

« J’arrive sur les lieux à la RTG, je me fais accueillir par un des gardes de la RTG qui m’a dit que le Directeur (Fana Soumah) lui a dit de monter avec moi. J’ai dit qu’il n’y a pas de problème et que je viens juste chercher mes effets personnels. Après, il y a un gendarme qui nous a rejoint là-bas. J’ai sorti tous mes effets personnels devant eux et ils ont regardé tout. J’avais déjà donné l’assurance à Fana qu’il pouvait rester tranquille. Que je ne sortirais pas avec de documents ni de matériels et que la seule chose qui n’intéresse dans ça, ce sont mes effets personnels. Et que l’objectif visé, c’est qu’il retrouve son bureau demain lundi. Parce que c’est malgré moi qu’il a été installé dans son bureau de Directeur général adjoint. Je lui avais dit ça et on s’était accordé là-dessus. Ces deux agents qui m’ont accompagné ont tout vérifié. C’est comme ça j’ai pris mes affaires et je suis descendu les embarquer dans ma voiture personnelle. Et je suis sorti sans problème », conclut-il.

Youssouf Keita

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.