Sénégal et Guinée-Bissau se concertent pour une gestion plus efficace de leur frontière

Print Friendly, PDF & Email

Les autorités du Sénégal et de la Guinée-Bissau se sont rencontrées à Bissau ce samedi 23 octobre afin de parvenir à une gestion concertée de la frontière commune. La réunion a permis de dégager des pistes de réflexion et des actions concrètes à mener pour mettre fin au grand banditisme le long de la frontière commune, au vol de bétail. Le chef d’état-major sénégalais était lui aussi à Bissau pour peaufiner la stratégie visant déloger de leurs bases les indépendantistes du MFDC.

Avec notre correspondant à Bissau, Allen Yero Embalo

La gestion de la frontière commune, le grand banditisme, le vol de bétail et les problèmes fonciers sont entre autres les points inscrits à l’ordre du jour de l’atelier de réflexion entre autorités sénégalaises et bissau-guinéennes autour du thème : « sécurité et développement le long de la frontière commune. »

Parallèlement à cette rencontre entre civils, une autre, celle entre militaires. La délégation sénégalaise est conduite par son chef d’état-major, le général Cheick Wade. Objectif là encore, la gestion concertée de leur bordure. Une frontière de 338 km le long de laquelle s’est installée depuis bientôt quarante ans une rébellion, celle des séparatistes casamançais.

En février dernier, l’armée sénégalaise avait entrepris des opérations visant à déloger le mouvement indépendantiste de ses bases près de la frontière bissau-guinéenne. Après la chute de Sikoun en février le ratissage semble imminent vers l’ouest en direction de Cassolol la principale base du front sud. Avant de déclencher une telle opération, le voisin du sud doit être dans le bain. 

« Toutes les questions transfrontalières ont été abordées, a indiqué le général Wade qui est reparti de Bissau rassuré. Les deux armées sont en parfaite entente et en parfaite harmonie. »

Avec RFI

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.