Sénégal. File d’étudiants devant le restaurant pour la rupture du jeûne : “je suis meurtri…” (Sonko)

Print Friendly, PDF & Email

Au Sénégal, des étudiants à la queue leu leu devant le restaurant pour la rupture du jeûne. L’image qui agite la toile a été commentée par le principal opposant Ousmane Sonko…

PARLONS D’ABORD DES CAUSES

Je suis meurtri par les multiples violences que subissent nos jeunes sœurs et frères étudiants.

  • la première violence ce sont les conditions d’études et d’existence inhumaines dans les amphithéâtres et les campus, tellement bondés qu’il faut faire des coudes pour assister aux cours, se battre pour se loger (jusqu’à10 étudiants par chambre), ou suivre une longue queue pour se restaurer ;
  • la deuxième violence c’est le retard apporté au paiement de leurs bourses d’études, pourtant vitale pour l’écrasante majorité d’entre eux, souvent issus de milieux assez modestes ;
  • la troisième violence, ce sont les brimades disproportionnées, subies à chaque fois qu’ils veulent manifester contre ces traitements déshonorants infligés par leurs propres gouvernants, avec leur lot de blessés, d’arrestations et, quelques fois, de morts d’étudiants jamais élucidés ;

mais les quatrième et cinquième violences sont les plus insidieuses puisque d’ordre psychologique :

  • l’étudiant sénégalais est moralement torturé par l’absence d’horizon, toujours tenaillé par le doute, voire le scepticisme d’un présent difficile et d’un lendemain sans aucune perspective sérieuse de trouver un travail ;
  • l’étudiant sénégalais est toujours sous le choc causé par le regard et le cliché que dresse de lui les seuls responsables de sa condition, c’est à dire les pouvoirs publics. Les étudiants s’entendent toujours traiter de voyous, de délinquants, de jeunes ratés et maintenant, de terroristes par le gouvernement et ses démembrements.

Pourtant eux, Président de la République, ministres, DG et autres, tous produits de nos universités du temps de leur lustre, leurs enfants déroulent tranquillement leurs études dans les meilleures universités du monde au Canada, aux États-unis, en France… où ils vivent dans des palaces et valsent entre les avions pour des vacances à Dubaï, Paris ou la Californie. Quand ils sont au Sénégal, leur vie se résume aux villas, boites de nuit et de jeux des quartiers chics de Mermoz, point E et Almadies où ils se déplacent en voitures de luxe coûtant des centaines de millions. TOUT CELA AVEC L’ARGENT DU CONTRIBUABLE détourné de ses destinations que sont l’éducation et la santé, entre autres.

Je marque ma compassion à ces étudiants victimes d’un système incompétent, corrompu et injuste.

Oui à la régulation et à la règlementation des universités qui doivent absolument demeurer des espaces de savoir, de paix et de quiétude, mais je dis non à la fermeture du campus social qui compromettrait davantage la situation et les chances d’une jeunesse déjà trop abandonnée et sacrifiée, alors que l’année universitaire vient à peine de démarrer. Comment imaginer un étudiant, sans ressources et avec un système de transport public insuffisant, quitter tous les jours Pikine, Keur Massar, Diamniadio, Thies, Mbour ou beaucoup plus loin, pour venir faire ses cours à Fann?

Pendant ce temps, le gouvernement continue de vendanger les intérêts nationaux aux étrangers, d’entretenir un système d’escroquerie sur les deniers et biens publics, de dilapider l’argent public dans des rassemblements politiques farfelus et de mentir à cette jeunesse par des promesses chimériques d’emplois.

Gageons que c’est justement pour réunir les 450 milliards de promesses démagogiques d’argent à se partager entre politiciens de BBY qu’il faille opérer des économies par des ponctions budgétaires dans les secteurs névralgiques de la santé, de l’enseignement supérieur et de l’éducation.

Je reviendrai sur la situation des enseignants et le business des politiques d’emplois de 2012 à maintenant.

Crédit photo : file étudiants devant le restaurant pour la rupture du jeun.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.