Sénégal : les leaders de l’opposition remontés contre la décision du Conseil constitutionnel

Print Friendly, PDF & Email

Le Conseil constitutionnel a invalidé la liste nationale des titulaires de cette coalition pour les législatives du 31 juillet. Après une erreur dans la confection de la liste, Ousmane Sonko, l’un des plus farouches opposants au président Macky Sall, se retrouve notamment écarté de la course. « Inacceptable » pour les responsables de la coalition, qui appellent à une manifestation mercredi 8 juin à Dakar.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Après la décision du Conseil constitutionnel, les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi ont réagi mardi 7 juin devant la presse. C’est une nouvelle « forfaiture » a déclaré Khalifa Sall. « On ne peut pas laisser certaines personnes, parce qu’elles sont à un certain niveau, se jouer de notre destin et de la cohésion de notre nation », lance l’opposant et ancien maire de Dakar. 

Pour Ousmane Sonko, la décision du Conseil constitutionnel est illégale : « Nous mettons en garde le Conseil constitutionnel. On se permet de piétiner la loi, de piétiner la Constitution et de mettre le pays en insécurité. Mais qu’ils comprennent que tôt ou tard, ils rendront compte de leur irresponsabilité parce que ce qu’ils ont fait, c’est une violation flagrante de la loi. » Le maire de Ziguinchor accuse les juges de l’institution de « haute trahison », pour selon lui préparer une éventuelle troisième candidature de Macky Sall en 2024. Il appelle à une large mobilisation demain, « avec ou sans autorisation » de la préfecture prévient-il.

Cette manifestation avait été annoncée avant la décision du Conseil constitutionnel. Plusieurs observateurs craignent des tensions : les émeutes meurtrières de mars 2021 sont dans les esprits. D’autant que la coalition au pouvoir appelle également ses militants à se mobiliser. 

Pape Mahawa Diouf, responsable de la communication de la majorité Benno Bokk Yakaar, accuse les leaders de Yewwi Askan Wi de « recourir à la violence » pour « menacer les institutions ». Selon lui, la coalition d’opposition cherche des « faux fuyants », car « elle n’a pas de projet pour le Sénégal » : « leur seul projet, c’est de dire que le président Macky Sall doit s’en aller. C’est du dégagisme, c’est trop facile. Leur seul moyen d’action reste le discours de la violence, de la bravade et de l’appel à l’insurrection. »

Yewwi Askan Wi assure que la manifestation de ce mercredi sera une marche « pacifique d’information ». 

RFI

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.