Sénégal : près de 200 commerçantes guinéennes toujours bloquées à Dakar

Print Friendly, PDF & Email

En allant à Dakar avant le ramadan, ces Guinéennes ne pensaient pas qu’elles allaient passer plus de deux mois hors de leur pays. Depuis plus de 40 jours, ces Guinéennes, beaucoup sans aucune attache au pays de la Téranga, poireautent dans la capitale sénégalaise, en attendant d’être appuyées pour regagner la Guinée.

Selon dame Fatoumata Diaraye Dallo qui nous avons jointe ce matin, bloquée au Sénégal depuis le 17 mars dernier, « ces Guinéennes [il y a des hommes aussi] étaient toutes venues acheter de la marchandise à Dakar. Cela a coïncidé avec la fermeture des frontières pour cause de covid-19. Depuis lors, nous sommes là. Nous avons tout fait, toujours pas de solution. Nous avons été à l’ambassade de Guinée à Dakar, la sécurité nous a frappées et gazées. On était ici avec des Ivoiriennes et Maliennes qui elles ont regagné leurs pays. Nous demandons à notre Etat de nous venir en aide ».

Pour elle, peu importe le moyen de transport qui sera mis à leur disposition pour leur retour au bercail.

« On veut juste rentrer que ça soit par véhicule, avion ou autre.  Il y a parmi nous qui sont en train de revendre leurs marchandises pour juste se nourrir. Les gens souffrent énormément ici. La dernière fois, à l’ambassade, on a été matraquées et gazées. Il y a même une femme qui marche difficilement à cause des coups qu’elle a reçus».

La semaine dernière, c’est l’opposant guinéen Cellou Dalein Diallo qui a mis la main à la poche pour offrir 1 million cinq cent mille francs cfa à ses compatriotes en détresse du côté de Dakar.

« Oui nous avons reçu l’argent. On l’a partagé. Tout le monde n’a pas eu parce que nous sommes très nombreuses. Les plus nécessiteuses parmi nous ont reçu. Ça nous a fait beaucoup de joie. Parce qu’il faut le rappeler, ici beaucoup sont sans aucune attache. Et tout le monde connaît la vie au Sénégal. C’est une certaine Madame Fofana et une autre Mme Diop qui ont bien géré l’affaire », témoigne une autre, sur un ton dépité.

Ce mardi, une délégation composée de 4 personnes doit à nouveau faire le déplacement de l’ambassade de Guinée à Mermoz pour y déposer à nouveau la liste des compatriotes en situation de détresse.

Noumoukè S.

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.