Sény Lamah clame l’innocence de son mari, Cécé Haba : « je l’attends avec les enfants »

Made with LogoLicious Add Your Logo App

Arrêté et placé en détention dans l’affaire des évènements du 28 septembre 2009 à Conakry , c’est seulement 13 années après les faits que le capitaine Cécé Raphaël Haba a été entendu par la justice guinéenne concernant les cas de morts et viols enregistrés au stade du même nom.

Au début de ces événements, l’épouse du détenu soutient avoir été menacée et battue avec sa famille.

«Au moment des faits,  j’étais nourrice. J’étais couchée quand les hommes en uniforme ont fait irruption dans la chambre et à mon réveil ils violentaient mon avant-dernier enfant qui était au pied du lit. Là, ils ont commencé à me demander là où se trouvait mon époux et ils ont tout fouillé. Ensuite, ils m’ont dit d’avouer où se trouve mon mari, ne sachant pas où il était, ils m’ont embarquée avec mes bébés ainsi que mes deux belles-sœurs. C’est en route qu’ils ont laissé mon nouveau-né avec une inconnue, ils m’ont fait faire le tour de la ville et une fois au camp, ils m’ont battue en m’interrogeant pendant des heures. Sur instruction d’un autre homme, sûrement un supérieur à eux, j’ai été libérée. C’est à la suite de cela qu’ils m’ont relâchée tard dans la nuit aux environs de 00h avec 20.000fg comme transport et je suis allée récupérer mon bébé là où on l’avait laissé », relate Seny Lamah. Et de  poursuivre en ces termes:  « De là avec mes 5 enfants, on s’est retrouvés à la rue puisqu’on ne pouvait pas payer le loyer et on a trouvé un cabaret où on a continué à nous débrouiller. Les amis de mon mari nous assistent avec un peu d’argent et le sac de riz quelquefois mais vraiment c’est difficile. Mes enfants n’ont pas une éducation normale. À chaque fois on change d’habitation donc l’aîné a quitté l’école en 10e année pour m’aider à épauler les 4 autres et moi je vends les feuilles au marché pour les soutenir ».

Treize ans après, Seny Lamah ne cesse de clamer l’innocence de son mari, qui à peine a  vu ses enfants grandir.

« Pendant ces 13 ans, je suis seule à assister ma famille. Il est détenu pour les massacres du 28 septembre mais même après son interrogatoire,  tout le monde sait qu’il est innocent. Il a parlé et c’est prévisible qu’il n’y est pour rien mais il continue de souffrir en prison et consciencieusement il est innocent . C’est pourquoi durant toutes ces années, je l’attends avec ses enfants ».

Seny Lamah, ainsi que ses 5 enfants, ont désormais le regard rivé sur la justice guinéenne afin que leur père de famille recouvre enfin sa liberté.

Mayi Cissé 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.