Siaka Barry interpelle le PM par rapport au boycott du dialogue : « allez vers ces frères avec qui je ne suis pas d’accord… »

Print Friendly, PDF & Email

Le cadre de dialogue inclusif lancé ce vendredi par le Premier ministre, Mohamed Béavogui a été boycotté par plusieurs coalitions politiques du pays dont entre ANAD et le RPG-Arc-en-ciel. Face à cette situation, le président du MPDG et de la coalition nationale pour la refondation politique (CONAREP), Siaka Barry a interpellé le Premier et son gouvernement.

« J’ai juste une inquiétude en regardant le visage et la physionomie  de cette salle. Aujourd’hui, il y a tout un pan de l’arène politique guinéenne qui se trouve absente de cette salle. Aujourd’hui, il y a plusieurs coalitions de partis politiques qui, pour des raisons ou pour d’autres ont décidé de boycotter les présentes concertations. Or, la loi fait obligation au gouvernement d’être facilitateur du dialogue inclusif national. Il est donc de votre devoir Monsieur le Premier ministre d’instaurer ou d’induire dans votre démarche gouvernementale, une dimension diplomatique », dira-t-il.

Poursuivant, il a tenu à préciser à l’intention du Premier ministre : « Levez-vous, prenez votre bâton de pèlerin, allez vers ces frères avec qui je ne suis pas d’accord avec les positions desquelles je suis souvent en divergence. Mais comme le disait Montesquieu, ‘’je ne suis d’accord avec ce qui vous dites, mais je me battrai pour que vous l’estimiez’’. Allez les trouvez, allez pour qu’ils estiment leur frustration, allez pour qu’ils vous regardent droit dans les yeux pour vous dire ce qu’ils ont sur le cœur. C’est à ce prix que nous pourront sauver ces concertations, c’est à ce prix que ces concertations que vous désignez par le sigle CCI (cadre de concertation inclusif) sera différent de ce j’appellerai CCP (cadre de concertation partielle). Parce qu’ici nous avons un CCP (cadre de concertation partielle), nous n’avons pas un CCI. Voilà ce que j’ai voulu vous dire. Quelqu’un a dit que le drame de notre siècle, c’est que les êtres humains construisent beaucoup plus de mûrs entre eux que de ponts entre eux. Alors, construisons des ponts entre nous, essayons de cacher les mûrs d’incompréhension entre nous.  Monsieur le Premier ministre,  chers membres du gouvernement, je vous salue très sincèrement pour avoir pris l’initiative de faire un début de construction de ce pont entre nous, car l’exercice d’aujourd’hui s’inscrit dans la construction de ce pont. Mais nous constatons  que certains refusent d’emprunter votre pont. Alors, prenez votre pirogue, et aller les chercher de l’autre côté de la rive »

Youssouf Keita

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.