Connect with us

Politique

Sidya Touré : ‘’le rapport du FMI nous indique clairement comme étant des voleurs’’

Le président de l’union des forces républicaines (UFR) a répondu mardi au parti au pouvoir qui a officiellement lancé sa campagne pour un référendum constitutionnel. Sidya Touré qui participait à la réunion du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) a déclaré que le peuple de Guinée n’acceptera pas un troisième mandat pour Alpha Condé.

« Il nous appartient de réagir par rapport aux velléités que nous avons observées ces derniers temps, nous sommes opposés à l’idée d’un troisième mandat, d’un quatrième ou d’un énième mandat pour Alpha Condé. Ils disent qu’on a jamais parlé d’un troisième mandat, nous parlons de référendum, C’est Alpha Condé lui-même qui a dit ici aux journalistes sénégalais, que s’il y a référendum, c’est qu’il y a troisième mandat, c’est lui qui l’a dit, ce n’est pas nous. C’est un débat qui ne nous intéresse pas. Ces derniers jours, vous avez été témoins dans les quartiers comme Dabondy et autres, du désarroi de nos populations, je ne sais pas combien d’enfants ont perdu la vie par l’incapacité, l’incurie d’un gouvernement qui ne sait même pas où il va. Vous avez vu ces derniers jours, il n’y a pas un quartier où les enfants n’ont pas allumé les ordures pour protester contre le manque d’électricité et surtout l’insalubrité à tous les niveaux », a déclaré l’ex-haut représentant du chef de l’Etat.

Abordant la disparition de 90 millions de dollars –un montant qui aurait été payé par Orange Guinée pour la 4G- dans les caisses de l’Etat, le président de l’UFR déclare que le rapport du FMI indique clairement que les autorités sont des voleurs.

« Vous regardez ce que le Fonds monétaire international vient de délivrer comme message à notre pays, ça fait 40 ans que je travaille avec ces institutions, je n’ai jamais vu un document d’une telle sérénité qui vous indique clairement comme étant des voleurs, c’est pas nous, c’est le fonds qui l’a écrit. Alors quand on est dans un système comme ça, on ne vient pas s’arrêter devant les gens pour dire, oui, il faut me laisser ici jusqu’à ce que je meurs. Nous n’accepterons pas cela. Le moment venu, les Guinéens seront en face de ceux qui pensent qu’ils sont capables de faire en sorte que 12 millions de Guinéens vivent permanemment dans la misère pour simplement sauver un individu », a-t-il dit.

Thierno Sadou Diallo

+224 626 65 65 39

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook