Connect with us

Politique

Sidya Touré pris en flagrant délit de mensonge ? Le savant politique guinéen et ses fables (Par Souleymane Condé du BPN de l’AFAG)

C’est une sortie médiatique chaotique qui repose essentiellement sur des affabulations. Faut-il parler de fables ou de troubles de mémoire de la part de cet homme indécis aux convictions variables ?

À analyser la profondeur et la gravité des propos mensongers tenus par le trop controversé Président de l’UFR, il est légitime de s’interroger après sa ridicule sortie sur les Grandes gueules de ce jeudi.  Faut-il en rire ou en pleurer ?

Étant l’ombre de lui-même et victime de sa versatilité et de son inconstance, Sidya Touré en mauvais metteur en scène a tourné dans la plus grande détresse. Pris dans ses propres mensonges et animé d’un ego démesuré voire même un adepte des ambiguïtés, Sidya Touré comme à ses habitudes est parti dans tous les sens en tirant sur tout sur son passage. Mais malheureusement, il s’est finalement administré une balle dans le pied en voulant traîner son ancien Secrétaire Exécutif dans la boue.

Le connait-tout guinéen du 21è siècle et auteur de tous les bons actes au pays, fait comprendre qu’il en serait l’homme qui a fait éviter à Baïdy Aribot la prison et l’humiliation en 2011. Il se bombe le torse partout d’en être le messie ou l’homme Providentiel à la solution ou à la résolution de tous les problèmes du moment.

Faut-il en croire ou prendre cette allégation comme une simple fable d’un homme qui veut se donner la place d’un acteur incontournable dans le paysage politique guinéen ? Et si les propos de Sidya n’étaient que des gros mensonges fabriqués par lui à dessin avec le sentiment de pouvoir se remettre sur le bon pied après la déculottée historique qu’il a connu au lendemain des communales dont l’accusé dans cette mésaventure n’est autre que Baïdy Aribot ?

Dans l’un ou l’autre, l’homme s’est planté à l’image de son récent tweet qui a longtemps béguë. Parler pour ne rien dire réellement.

Pour éclairer l’opinion publique nationale face aux élucubrations d’un homme capable de falsifier l’histoire et qui renie à son origine, il est d’une extrême nécessité de rétablir la vérité historique.

D’abord, en 2011 après le retour de Baïdy Aribot au pays, l’homme est rentré avec son parti politique l’Alliance des Forces d’Avenirs de Guinée AFAG dans le sac. Il s’est automatiquement aligné dernière la grande opposition pour exiger du gouvernement des élections législatives libres et transparentes. Il avait qualité de chef de parti au même titre que Dalein et Sidya à l’époque. Chacun était leader d’un parti.

Ensuite, pour mettre à nu le mensonge éhonté savamment orchestré par l’ancien Premier Ministre et patron de l’UFR, Baïdy Aribot, Président de l’AfAG et membre de l’opposition d’alors ont signé en toute pompe un accord électoral avec Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré pour le soutenir aux législatives de Septembre 2013.  Chose que l’on rappelle ici, a été à l’origine de la frustration et la raison du départ du Président de la GECI Fodé Mohamed Soumah qui prit ses distances avec le patron de l’UFDG. Au moment où cet accord tripartite voyait le jour, Baïdy Aribot n’avait pas encore scellé un quelconque acte d’alliance avec Sidya Touré de l’UFR. Il n’était pas un allié mais membre d’un ensemble dit opposition.

C’est seulement à l’orée de la Présidentielle de 2015 et devant les médias conviés pour la circonstance, que le Président de l’AfAG Baïdy Aribot et Sidya Touré de l’UFR ont signé un acte de fusion politique entre les deux partis. Ce qui est loin d’une dissolution encore moins d’une alliance éternelle de son parti avec l’UFR. C’est un partenariat politico-électoral en vue de ratisser large.

Baïdy détient encore l’acte de naissance de son parti AfAG et l’acte de fusion politique avec le parti UFR. Alors à quoi ça sert de mentir si grandement et pour quelle visée ?

Faut-il prendre le leader de l’UFR désormais au sérieux avec des fables dont lui seul a le don de monter joliment bien ?

Lui qui ne cesse de dénoncer à tort n’est-il pas victime et bourreau de ses propres turpitudes ?  Triste sort ou mauvaise élégance politique, Sidya Touré apprendra aussi longtemps que possible à ses propres dépends.

Faire de la politique un business est une entreprise qui ne prospère jamais. La politique n’est ni pour le nain ni pour le niais et encore moins pour l’homme d’affaires.

Ce divorce à coup de tête ne saurait être qu’un acte de délivrance pour Baïdy Aribot. Lui qui a coupé le pont avec ses anciens de l’AfAG pour se mettre au service exclusif d’un homme reconnu pour ses navigations à la godille. Mais c’est mal connaitre le savant politique guinéen. Car Sidya Touré, c’est tout et le contraire.

Dans les jours à venir, on mettra sur la place publique tous les documents signés dans le cadre de cette fusion. Pour remettre un peu d’ordre dans le landerneau politique guinéen où la morale et la décence ont quitté au profit du cynisme et le mensonge.

Par Souleymane Condé

Membre du Bureau Politique National de l’Alliance des Forces d’Avenir de Guinée AFAG

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter

  • La religion, à quoi ça sert? 21 avril 2019
    Un philosophe nous explique les fonctions de la religion pour l'Homme. Et que science et croyance en dieu ne sont pas forcément contradictoires.
  • Migration : le drame des tombes anonymes 20 avril 2019
    La plupart des corps repêchés en Mer Méditerranée ne seront jamais identifiés par manque d'informations ou de volonté des autorités. Pour les familles, il est impossible de tourner la page et de faire son deuil.
  • Mali : qui pour succéder à Soumeylou Boubèye Maïga ? 19 avril 2019
    Le premier ministre du Mali a démissionné jeudi soir face à la colère de la population qui en a assez de l'insécurité qui règne dans le pays.
  • Penser dieu, penser la religion 19 avril 2019
    Entretien avec un professeur de philosophie pour mieux comprendre l'idée même de religion, quelles "fonctions" elle remplit et sur une représentation d'un dieu sans rites religieux.
  • Emission spéciale: qu'est-ce que la religion? 19 avril 2019
    Nous profitons des jours fériés en Allemagne, à l'occasion de Pâques, pour réfléchir à la foi, à ses fonctions dans les sociétés humaines, à son rapport avec la science.
  • Référendum en Egypte pour asseoir le pouvoir du président 18 avril 2019
    Pendant 3 jours, les Egyptiens sont appelés à se prononcer sur une révision constitutionnelle, qui pourrait permettre au président Abdel Fattah al-Sissi de rester au pouvoir jusqu'en 2030.
  • Réactions à Goma après la mort d'Ignace Murwanashyaka 18 avril 2019
    L’ancien chef politique des FDLR condamné en Allemagne pour des crimes commis par son mouvement en RDC est décédé. Réactions.
  • Le Maroc toujours silencieux face aux manifestations en Algérie 18 avril 2019
    Alors que l'Algérie bouillonne, le Maroc se tait. Un mutisme qui en dit long sur les relations tendues entre les deux voisins, avec, en toile de fond, le conflit au sujet du Sahara Occidental. 
  • LDC : Tottenham qualifié au terme d'un match dantesque 18 avril 2019
    Bien que battus par Manchester City (4-3), les Spurs se sont qualifiés pour les demi-finales de la C1, et affronteront l'Ajax. De son côté, Liverpool est allé gagner à Porto (1-4) et jouera contre le FC Barcelone.
  • Soudan : Omar el-Béchir en prison pour calmer la rue 17 avril 2019
    Le Conseil militaire a annoncé le transfert de l'ex-président Omar el-Béchir dans une prison de la capitale. Un geste parmi d'autres qui visent à apaiser la contestation dans la rue.
  • Ignace Murwanashyaka mort en Allemagne 17 avril 2019
    Ce ressortissant rwandais vivait en exil en Allemagne depuis une trentaine d'années et était poursuivi pour des crimes commis en RDC. Âgé de 55 ans, Ignace Murwanashyaka était jugé pour son rôle en lien avec les FDLR.
  • Mali : Ibrahim Boubacar Keïta peine à convaincre 17 avril 2019
    Beaucoup de Maliens jugent les annonces faites par le président lors de son allocution télévisée insuffisantes.
  • Burkina : la main tendue de Compaoré suscite des doutes 17 avril 2019
    Depuis la Côte d'Ivoire où il est en exil, Blaise Compaoré se dit prêt à soutenir le pouvoir à Ouagadougou dans sa lutte contre le terrorisme. L'opinion publique reste divisée.
  • Juve & Ajax: "des enfants qui jouent comme des adultes" Erik ten Hag 17 avril 2019
    Après le Real, triple tenant du titre, c'est l'équipe de Ronaldo, le monsieur Ligue des champions que Frenckie De Jong et sa bande ont laissée au tapis. Douze ans après,le club néerlandais retrouve les demi-finales.
  • Dieselgate : l'ex PDG de Volkswagen risque 10 ans de prison 16 avril 2019
    Martin Winterkorn a été inculpé de fraude aggravée dans l'affaire du Dieselgate, lorsque le constructeur avait truqué ses véhicules pour les faire paraitre moins polluants.
  • L'UA prudente en Algérie mais ferme au Soudan 16 avril 2019
    L'Union africaine a imposé un ultimatum aux militaires soudanais pour quitter le pouvoir. Mais en Algérie où la rue maintient la pression, l'UA s'est limitée à un appel au dialogue pour appliquer des réformes rejetées.
  • Citation de la semaine 16 avril 2019
    "Les changements climatiques ont un impact sur les abeilles à cause de la hausse des températures. Elles peuvent s'adapter à certaines températures, mais au-delà, leur survie est menacée."( Kiatoko Nkoba,ICIPE)
  • Tchad : Kebzabo perd son statut de chef de file de l'opposition 16 avril 2019
    Le président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau rejette la décision de justice qui le démet de ses fonctions de chef de file de l'opposition.
  • Notre-Dame de Paris : déjà des offres pour la reconstruction 16 avril 2019
    La cathédrale Notre-Dame de Paris a été partiellement détruite lundi soir par un grave incendie. Les causes sont encore inconnues. Une enquête est ouverte. Des annonces d'aide à la reconstruction ont commencé à tomber.
  • RCA : concrétiser l'accord de paix 16 avril 2019
    Des représentants de l'UA, de l'ONU et de l'Union Européenne sont en Centrafrique pour suivre l’accord de paix signé entre le pouvoir et les groupes armés.