Sidya Touré sur l’état de santé du président : ‘’Alpha Condé est malade, on ne le voit pas’’

Print Friendly, PDF & Email

La santé de nos dirigeants et leaders politiques refait surface, à moins de 100 jours de la présidentielle. Dans une interview -par visioconférence- accordée à EuroMagh tv , le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR) Sidya Touré -qui a récemment avoué dans une vidéo avoir “un problème évident de santé”- a passé au peigne fin la situation sociopolitique actuelle de la Guinée. Une situation marquée par des incertitudes avec à la clé des manifestations de rue sous le label FNDC (Front national pour la défense de la Constitution) demandant le départ du président Alpha Condé, et les préparatifs de la prochaine présidentielle du 18 octobre 2020. L’ancien Haut représentant du chef de l’Etat, depuis Abidjan, n’est pas allé avec le dos de la cuillère. Interview…

Question : le FNDC a mis fin à sa trêve à travers la manifestation du 20 juillet dernier. Pouvons-nous connaitre les raisons ?

Sidya Touré : Tout simplement parce que nous sommes en face des personnes qui ne tiennent pas parole. Nous avons pensé que le Coronavirus devrait permettre aux Guinéens de ne pas s’engager dans les manifestations publiques et surtout se préparer à affronter cette maladie et aider la population en cela. J’avais même signé dans un poste que les forces de défense et de sécurité devraient aider la population sur les questions de distanciation et le port de masques. On n’a pas tenu compte de tout cela, on a profité de ce timing pour avancer les dossiers tel que la mise en place d’une Assemblée nationale sans l’opposition et tel que modifier la constitution pour aller tout droit sur le 3è mandat. Donc nous avons décidé que dans la mesure où Alpha Condé ne respectait rien, il n’y a pas de raison de s’en inquiéter et nous avons demandé qu’Alpha Condé parte.

Nous ne sommes pas dupes, Alpha est bel et bien candidat

Pourquoi jusqu’ici vous protestez contre son 3è mandat alors qu’il n’a fait aucune annonce à cet effet ?

Ecoutez, il y a des conventions qui se tiennent aujourd’hui partout en Guinée. Les conventions se tiennent dans les régions, gouvernorats et préfectures pour demander la candidature de quelqu’un qu’on ne voit d’ailleurs pas ces derniers temps, je ne sais pas où il est parti. Donc nous ne sommes pas dupes, Alpha est bel et bien candidat. Tout ce qui a été fait à savoir des manipulations juridiques et autres, l’objectif, c’est de faire Alpha candidat et il ne ferait pas ça pour quelqu’un d’autre.

Pourtant il y a eu tant de tueries parmi les manifestants en Guinée ?

C’est parce qu’Alpha Condé demande qu’on tire sur les gens. Sinon manifester dans la rue, depuis quand ça devrait vous tuer ? Vous avez vu au Mali à peine il y a eu 11 morts, la classe politique est en train de se poser des questions et le gouvernement présente les excuses. Nous, nous sommes à près de 190 morts depuis qu’on a déclenché cette opération à Conakry et à l’intérieur du pays mais il ne se passe rien parce qu’on dirait que la Guinée, c’est un no man’s land, personne ne s’en préoccupe et nous avons un chef d’Etat dont l’objectif est qu’il faut régler son problème de troisième mandat quel qu’en soit le prix pour la population. Il y a des forces de sécurité qui vous tirent dessus. Nous avons terminé la manifestation du 20 soir et jusqu’aujourd’hui, les policiers sont dans les quartiers et ils tirent sur les gens, c’est ça la Guinée.

Est-ce que vous pensez que l’armée et les forces de police sont dissociées ou sont-elles dans la même logique ?

Non, Alpha manipule ces forces de sécurité, on ne s’est même pas qui est dedans. Parce qu’il y a la police, il y a l’armée et la gendarmerie. Mais il y a aussi des forces spéciales qui sont absolument liées à la personne d’Alpha et la plupart du temps, nous constatons que ce sont ces forces là qui sortent pour tirer sur la population. Les tenues n’ont pas d’importance en Guinée parce que de toute façon, Alpha met en place un système qui ne répond à aucun critère. L’essentiel, c’est qu’il y a une milice qui est liée à sa personne et qui cause tous ces problèmes au niveau des populations et qui continuent après les manifestations de tirer sur les populations pour effrayer ou pour installer la peur.

C’est un gouvernement qui ne fait rien à part piller les ressources du pays et aller déposer ça dans les comptes à l’extérieur

Alpha Condé est-il un espoir décevant après 10 ans de pouvoir ?

Non pas pour moi. Moi, je savais que c’était çà. Après les tricheries qu’il avait organisées à l’aide de certaines personnes que je ne cite pas pour le moment, je savais qu’il ne pouvait pas. Je connais Alpha depuis près de 40 ans. C’est quelqu’un qui n’a jamais travaillé dans sa vie et moi je n’avais rien à attendre de lui. Ceux qui sont déçus aujourd’hui, ce sont ses propres partisans à Kankan, à Siguiri et ailleurs. 10 ans après, ils se ont rendus compte que les biens sociaux de base, ils n’ont absolument rien eu. Pas d’électricité, pas d’eau, pas d’université, pas d’hôpital, pas de route et pas d’assainissement. C’est un gouvernement qui ne fait rien à part piller les ressources du pays et aller déposer ça dans les comptes à l’extérieur.

Nous, nous allons faire en sorte qu’aucune nouvelle délégation de la CEDEAO vienne en Guinée. Parce que nous ne sommes pas hors CEDEAO. Si on peut aller au Mali, c’est qu’on peut venir en Guinée

Par rapport à l’extérieur, nous savons bien que la CEDEAO se mobilise pour résoudre la crise malienne. Pourquoi toutes ces institutions ne sont pas actives dans la crise guinéenne ?

Parce que d’abord, la Guinée est un pays un peu à part dans la sous-région. Il ne fait partie d’aucun ensemble à part la CEDEAO. En même temps, parce qu’Alpha fait en sorte que des choses comme ça ne soient pas possibles. Quand la délégation a voulu aller au Mali, c’est le président IBK qui a donné son accord. A la veille des élections législatives vers le 22 mai, on avait la même délégation qui devait arriver à Conakry, mais Alpha s’y est opposé corps et âme. Il s’est battu pour que cela ne se fasse pas. Mais je pense qu’après le Coronavirus, nous, nous allons faire en sorte qu’aucune nouvelle délégation de la CEDEAO vienne en Guinée. Parce que nous ne sommes pas hors CEDEAO. Si on peut aller au Mali, c’est qu’on peut venir en Guinée. Nous avons fait cette demande et nous avons insisté là-dessus. Nous avons écrit et je pense que cela va se faire dans les jours à venir.

Je pense que le minimum qu’Alpha Condé peut faire, c’est de céder le fauteuil à un autre, le fait que lui-même est malade. On ne le voit pas, il peut au moins demander au RPG de présenter un candidat

Après la manifestation dispersée du lundi, quel est le nouveau planning ?

Nous avons une visioconférence tout à heure à 17 heures [[22 juillet] et nous allons parler de la manière dont nous allons organiser les prochaines manifestations, nous continuons. Et quand on parle du départ d’Alpha Condé, il faut que les gens comprennent qu’Alpha finisse son mandat. Donc en fait, ce que nous disons est quelque chose de tout à fait légal. Il a fait 2 mandats par rapport à la constitution de 2010 qui est la seule et unique en vigueur. S’il finit son mandat, il devrait quitter. Donc nous réclamons que dans le cadre de son mandat, qu’il parte. Nous ne sommes pas en train d’enfreindre à quelque chose, c’est lui qui doit enfreindre à la loi en créant une constitution à sa mesure et qu’il a corrigée même de sa propre main pour dire voilà la nouvelle constitution qu’il nous faut. Nous, nous demandons son départ d’abord, parce qu’il a fini ses 2 mandats. La deuxième chose, c’est le fait que tout ceci ne nous a servi à rien et qu’aujourd’hui, vous avez des manifestations dans les prétendus fiefs d’Alpha Condé. C’est là-bas que les gens manifestent aujourd’hui.

En ce moment précis dans l’histoire de la Guinée, quel conseil avez-vous à donner au Président Alpha Condé et à son parti (le RPG Arc-en-ciel) ?

Ecoutez ! Tout ceci n’a mené à rien. Donc, je pense que le minimum qu’il peut faire, c’est de céder le fauteuil à un autre, le fait que lui-même est malade. On ne le voit pas, il peut au moins demander au RPG de présenter un candidat. Ça, c’est tout à fait légal mais le problème est que le pouvoir d’Alpha est un pouvoir personnel. C’est quelque chose qu’il a intégré en lui-même et il ne consulte même pas son parti pour ces questions-là. Donc nous lui disons, il faut arrêter, cela cause trop de dégâts au pays, vous êtes arrivé vous n’avez rien fait pour nous. Mais de grâce qu’on ne détruise pas le peut qui nous reste.

Alpha a parlé politique pendant tout ce temps, il avait fait des promesses qu’il n’a pas tenues parce qu’il ne sait pas comment ça se fait

Beaucoup de jeunes nous ont envoyé des messages en disant que vous avez été Premier ministre et que votre période avait été une période qui avait changé la Guinée. Quel message avez-vous à l’endroit de ces jeunes ?

Ecoutez ! En Guinée, au moins il y a une chose qui est faite. On pensait que pour la présidence, qu’il fallait faire la politique et y arriver. Maintenant on a compris que pour être chef de l’Etat en Afrique surtout dans un pays comme la Guinée qui a perdu ses 60 années passées, il faut un chef de l’Etat qui est capable d’au moins de mener une gouvernance vertueuse pour permettre d’asseoir les équilibres macroéconomiques, qui empêche la corruption notamment, dans le domaine de la bauxite. Mais il se préoccupe de savoir que le bien-être des populations est assuré. Et on se rend compte que tout le monde ne peut pas le faire. Alpha a donné la preuve, il avait parlé politique pendant tout ce temps, il avait fait des promesses qu’il n’a pas tenues parce qu’il ne sait pas comment ça se fait. Voilà la réalité de la Guinée. Et je leur dis, ne recommencez pas la même erreur. Dans un premier temps, nous, nous avons besoin aujourd’hui que ce pays redémarre et c’est un travail colossal. Mon expérience à moi pourrait servir à cela.

Quel sera votre programme ?

Nous, nous avons besoin dans un premier temps de quoi nourrir nos populations. La Guinée est un pays qui a perdu son temps par rapport à ça. Nous étions avant l’indépendance, si nous n’exportions pas de riz, on était le premier exportateur de banane. Aujourd’hui, il n’y a rien de tout ça. L’une des premières choses qu’il faut régler dans ce pays, c’est nourrir la population. Les Guinéens tirent le diable par la queue. Les productions sur ces biens nécessaires à la consommation tel que le riz et autres est nettement en deçà des besoins. Donc nous importons le riz au Pakistan et ailleurs, ce sont des choses inacceptables. Pour l’écologie, oui on s’y intéresse. Nous avons un vrai problème par rapport à ça, c’est l’exploitation anarchique de la bauxite dans notre pays. Vous savez, avant, on achetait la bauxite du côté de l’Australie. Depuis que ces pays notamment, la Malaisie et autres ont décidé de ne plus vendre la bauxite à l’Etat, ces demandes se sont déversées sur la Guinée et en l’espace de 5, 6 ans, nous avons aujourd’hui pratiquement 70 millions de tonnes d’exportation de bauxite. Mais quand vous voyez dans quelle circonstance se font ces exportations, vous comprenez que le problème essentiel va être de remettre les choses en l’état. Les populations souffrent du fait que les cours d’eau se sont taris et qu’on ne peut pratiquer l’agriculture. C’est un désastre absolu dans cette région. Aujourd’hui, les puits sont à sec, les fleuves sont pollués et les rivières sont également polluées par ce transport de bauxite qui se fait de manière anarchique. Il faut mettre de l’ordre dans tout cela. Donc, ces questions environnementales nous intéressent absolument. Je vous ai dis aussi qu’on avait un problème sur l’agriculture parce qu’Alpha n’a fait aucun effort sur aucun de ces secteurs là. La Guinée a besoin de se nourrir, nous importons encore du riz dans un pays où on a autant de cours d’eau, il n’y a strictement rien. Donc il faut nourrir les populations, il faut investir dans l’agriculture à contrario de tout ce que nous percevons dans la bauxite, on devait le réinvestir dans l’agriculture parce que 75% des populations guinéennes sont concernés par ce secteur.

Evoquons à présent le sujet relatif aux femmes. Permettez-moi de vous rappeler qu’en Europe, c’est Angela Merkel qui a pris la tête pour six mois. Alors quelle importance ou quelle place donneriez-vous à la femme si vous étiez Président ?

Je regarde ça avec beaucoup d’admiration. Vous savez, le temps que madame Merkel a passé au pouvoir et je sais qu’elle doit quitter dans quelques temps, mais j’ai bien peur pour ne pas que les gens ne demandent à ce qu’on la retienne. Donc ça veut dire que cette gouvernance a été extrêmement profitable pour la population allemande (…)

Quel conseil donneriez-vous au nouveau secrétaire général des ACP qui était l’ambassadeur angolais ici ?

Les aspects politiques à mon sens qui seront inscrits dans les ACP à savoir le respect de la démocratie et un certain nombre de choses qui s’appliqueraient aujourd’hui extrêmement bien à nos pays. Malheureusement, ce n’est pas aussi évident que ça, bien que nous savons que de temps en temps, il y a une intervention de l’Union Européenne sur le processus électoral. Mais il n’a pas été renforcé. Donc, honnêtement, la principale demande c’est économique au jour d’aujourd’hui parce que si nous arrivons à mettre en place un système de gouvernement qui est vertueux et que nous avons mis fin à la corruption, l’Union Européenne, elle est là uniquement pour faciliter les choses. C’est à nous de régler cela. Or, à l’heure actuelle, le volet politique de l’ACP ne s’applique pas à la Guinée et je me demande pourquoi ?

Décryptage: Youssouf Keita 

 

 

 

 

 

 

 

1 Commentaire
  1. MANZO 4 semaines il y a
    Repondre

    ‘’Alpha Condé est malade, on ne le voit pas’’,dixit sydia le kid mdr!
    Franchement à ne comparant que vos 2 tronches,le résultat ne trompe guère.
    Et pourtant tu es plus jeune que lui( selon tes 2 dates de naissance),mais malheureusement, tu fais 10 ans de plus mdr.
    Voilà pourquoi il fallait se méfier des biens publics!

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.