Siéger ou non au Parlement : ‘’l’UFDG n’a pas encore pris sa décision’’

Print Friendly, PDF & Email

Le secrétaire général de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) Aliou Condé a démenti jeudi l’information selon laquelle son parti a décidé de siéger à l’Assemblée nationale après la prorogation par le chef de l’Etat du mandat des députés.

Dans un bref entretien qu’il accordé à notre rédaction, Aliou Condé, ancien ministre des Transports, confie qu’aucune décision n’a encore été prise.

« C’est faux, aucune décision n’a encore été prise. On est en phase de consultation et on vient juste de sortir de la réunion du Bureau exécutif. La consultation se poursuit et elle va se poursuivre jusqu’à la base”, a-t-il précisé.

Depuis la prorogation par le chef de l’Etat du mandat des députés, beaucoup estiment que l’opposition ne doit pas siéger pour éviter de cautionner un glissement de calendrier en faveur d’Alpha Condé en 2020.

Thierno Sadou Diallo

+224 626 65 65 39

 

  1. CONDÉ ABOU 2 ans il y a
    Repondre

    D’où vient la théorie scientifique du glissement du calendrier électoral ?

    Bon Dieu. Comment l’UFDG, de loin la deuxième force politique du pays, peut se faire hara-kiri et ruiner son propre bilan politique au Parlement ? C’est quasiment impossible.

    La nature ayant horreur du vide, si vous sortez du Parlement, vous aurez commis la plus grave faute stratégique. De cela, vous pouvez être sûrs.

    L’UFDG partage pratiquement tout sur l’échiquier politique du pays avec le RPG, le Parti au pouvoir, et vous vous interrogez pour savoir s’il faut retourner ou pas à la case départ, après plus de 10 ans de bagarre politique ?

    Si vous classez l’UFDG parmi les Partis politiques sortis des cabines téléphoniques, et vous écoutez la propagande de ceux qui envient votre place partout, attendons de voir la suite de votre décision et ses consequences sur un échiquier politique, où personne ne fait aucun cadeau à l’autre.

    Wait and see.

    • Africain 2 ans il y a
      Repondre

      Quel bilan de l’UFDG au parlement dont vous faites allusion ?

      Vous n’êtes pas sans savoir que l’UFDG n’est pas la formation politique MAJORITAIRE à l’AN. C’est plutôt la mouvance présidentielle qui a la majorité et qui fait jusqu’ici la pluie et le beau temps à l’AN. Si l’UFDG avait un quelconque bilan politique positif à l’AN ou une quelconque influence politique à l’AN cela saurait. C’est à dire, on n’allait pas avoir des manifestations politiques de rue et tout allait se passer à l’AN.

      Une éventuelle démission des élus de l’UFDG à l’AN ne la ferait pas retourner à la case de départ. Autrement dit, cela ne saurait “causé” un quelconque dommage politique en rapport avec son implantation politique sur le territoire national et son poids politique national, ni en rapport avec son image.

      La suite de la décision et ses conséquences restent pécuniaires pour les députés de l’UFDG. Sur le plan politique elle a tout a gagné, d’autant plus qu’on se dirige malheureusement vers une prorogation du mandat du Président de la République “à la Kabila”. Le pouvoir n’a jusqu’ici respecté aucun calendrier électoral.

      • MANZO 2 ans il y a
        Repondre

        “”Une éventuelle démission des élus de l’UFDG à l’AN ne la ferait pas retourner à la case de départ. Autrement dit, cela ne saurait “causé” un quelconque dommage politique en rapport avec son implantation politique sur le territoire national et son poids politique national, ni en rapport avec son image.””

        Ceci reste valable uniquement dans une configuration “sectariste” où peu importe le programme de société.
        Et malheureusement dans de telle posture, il sera très difficile d’attirer d’autres électeurs extra-communautaires ,vue que la stratégie dominante(par dogmatisme) du parti n’est pas d’être attrayant ou se poser en alternative crédible au pouvoir, aux yeux de ceux qui ne sont pas acquis d’office à sa cause par filiation naturelle., mais plutôt de fidéliser et de rassurer continuellement une base déjà conquise par le fait communautaire.

        Conséquence de ce positionnement: la base reste solide et imperturbable certes, et en même temps le parti n’améliore pas son image.
        Voilà pourquoi, ce parti si un jour, il voudrait accéder au pouvoir dans un pays comme la Guinée, doit impérativement adopter une position médiane qui consiste à être une vraie opposition d’idées qu’une opposition sectaire.
        Ce qui veut dire, mener une lutte sans merci au parlementaire contre le régime( comme l’avaient été l’opposition de la 1ère législature sous l’ère Conté) et éviter au mieux les mouvements de rues qui ne lui apportera aucun gain politique en terme d’image auprès de ceux qui ne lui sont pas acquis naturellement à son idéologie.

        • MANZO 2 ans il y a
          Repondre

          ERRATUM:
          ( comme l’avaient été les opposants de la 1ère législature sous l’ère Conté).

  2. Pecos 2 ans il y a
    Repondre

    Ils doivent aussi renoncer à leurs salaires et à leurs véhicules de fonction.

    • Africain 2 ans il y a
      Repondre

      Cela va de soi.

      C’est d’ailleurs cette problématique pécuniaire qui pose problème dans un pays où la pauvre touche presque tout le monde sauf ceux qui gouvernent et les “hauts” et les “très hauts” fonctionnaires et sans oublier que c’est un pays corrompu….

      • CONDÉ ABOU 2 ans il y a
        Repondre

        Africain, bonjour.

        Mais pourquoi compliquez-vous ce débat ?

        (1)Je n’ai jamais dit que l’UFDG était le Parti majoritaire à l’Assemblée Nationale. J’ai dit que l’UFDG était la 2ème force politique du pays.

        En quoi mon propos fait de l’UFDG le Parti majoritaire au Parlement ?

        (2)À propos de “case du départ”.
        En 2007, l’UFDG avait-elle le poids politique qu’elle a aujourd’hui en Guinée? Je crois que la différence saute aux yeux de tout le monde.

        (3)Restons dans votre logique.
        Si l’UFDG n’a aucun bilan politique au Parlement en dehors des manifestations de rue, pourquoi le RPG et ses alliés n’ont pas la majorité absolue au Parlement ?

        C’est sans aucun doute grâce au poids politique de l’UFFG et qui n’a absolument rien à voir avec les manifestations de rue en Guinée.

        Et vous trouvez qu’une éventuelle majorité absolue entre les mains de la coalition politique au pouvoir ne veut rien dire ?

        Je trouve que ce qui fait la beauté de toute démocratie c’est d’abord la force de la représentation politique plurielle et qui garantit un certain contre-pouvoir et surtout l’alternance politique partout dans le monde.

        (4)Ce que je suggère à l’UFDG dans mon posting, c’est simplement de mesurer toutes ses responsabilités sur l’echiquier politique guinéen et de se projeter sur une longue perspective politique.

        Et je ne vois pas en quoi l’UFDG peut-il avoir aujourd’hui forcément le même agenda politique que les micro-Partis politiques qui font actuellement tout le tintamarre sur la sortie des Députés du Parlement.

        Ceux qui font autant de bruits aujourd’hui sur cette question, ont combien de Députés en tout et pour tout ?

        Merci pour la compréhension et bonne journée chez vous.

        • MANZO 2 ans il y a
          Repondre

          “”(3)Restons dans votre logique.
          Si l’UFDG n’a aucun bilan politique au Parlement en dehors des manifestations de rue, pourquoi le RPG et ses alliés n’ont pas la majorité absolue au Parlement ?””

          Attention à la confusion entre majorité absolue qui se définit par la moitié plus un (le RPG est ses alliés ont largement cette majorité absolue au parlement) et la majorité qualifiée qui se définit par le 2/3 des 114 députés!

          • CONDÉ ABOU 2 ans il y a

            Manzo,
            Suis parfaitement d’accord avec ta mise au point.

            Il s’agit effectivement de la majorité qualifiée au Parlement Guinéen et qui aurait permis au Parti au pouvoir et à ses alliés de faire passer quasiment toutes les Lois comme lettres à la poste, sans même avoir besoin d’un vote quelconque de l’Opposition.

            C’est exactement la pensée que j’ai voulu exprimer au regard du rapport de forces au sein du Parlement Guinéen.

            Merci pour la précision.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.