Siguiri : après la grève des étudiants de l’ERAM, le DG déplore le manque d’enseignants

« On n’a pas de courant, pas de formateurs, nous sommes abandonnés à nous-mêmes », tel était le slogan des étudiants de l’école régionale des arts et métiers de Siguiri (ERAM). Très tôt ce matin, les étudiants de cette école professionnelle ont  barricadé la route Siguiri-Bamako pour se faire entendre ce lundi 23 janvier 2023. Très engagés, les étudiants manifestants ont préféré boycotter les cours. Aboubacar Sidiki Diakité est le président des étudiants : « nous revendiquons pour trois principales causes : le manque criard d’enseignant, pas de courant et pas moyens de déplacement. Nous avons tout fait, mais on nous dit toujours, ça va aller nous sommes en train…C’est raison pour laquelle nous sommes descendus dans la rue pour nous faire entendre. Le ministre nous a donné beaucoup de promesses mais aucun acte concret ».

Poursuivant, le directeur préfectoral de l’Eram de Siguiri, Luopounan Doré, a confirmé le manque criard d’enseignants : « la manifestation des étudiants de l’ERAM a été une surprise. La situation des enseignants au département est difficile. Il y a un manque criard d’enseignants en Guinée au niveau des écoles techniques et professionnelles. Donc  nous avons toujours remonté les informations mais très malheureusement jusqu’à présent, ça ne va pas. Nous attendons toujours. Nous avons 300 étudiants et 10 enseignants. Il y a manque criard d’enseignants mais pour le courant, bientôt nous allons régler cela ».

Selon les étudiants, cette manifestation de ce lundi est un avertissement. « Nous donnons une semaine à l’autorité préfectorale, si on ne voit aucune évolution, nous allons encore descendre dans la rue », menacent-ils.

C’est après le passage des autorités administratives que le calme est revenu.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224622478601                                       

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.