Siguiri : jusqu’où ira le bras de fer entre le Sotikèmö et l’Union Mandingue ?

Print Friendly, PDF & Email

Que reproche-t-on au Sotikèmö de Siguiri ? En tout cas à la faveur d’une assemblée extraordinaire, les représentants des 12 cantons de la préfecture de Siguiri qui forment l’Union Mandingue ont qualifié les démarches du doyen de la commune urbaine (Sotikèmö ndlr) Elhadj Dramane Magassouba de nulles et non avenu. D’après nos informations, lesquelles démarches entreprises par le Sotikèmö s’inscrivait dans le cadre de la mise en place du bureau régional de l’Union Mandingue.

Toute chose qui n’a pas été du goût de tous les représentants des cantons de Siguiri et qui n’ont pas tardé à exprimer leurs désaccords vis-à-vis des décisions prises à Kankan. A l’issu desquelles décisions, le doyen de Kankan Batè a été considéré comme le président régional de l’Union Mandingue.

« Nous membres des 12 cantons de Siguiri, rejetons catégoriquement la décision d’Elhadj Dramane Magassouba qui a vendu Siguiri. Mais nous ne sommes pas d’accord. Moi, c’est Ansoumane Camara représentant de Bouré. Ce que Dramane Magassouba a dit à Kankan, Manden ne sera pas vendu et il n’a pas été vendu. Le Sotikèmö de Siguiri est parti représenter Nouga qui est différent de Manden, car Manden n’est pas une marchandise qu’il faut vendre, on n’acceptera jamais cette décision, c’est une division totale », dira-t-il.

Dans le même sillage, le représentant de Mègnè Laye Moussa Sacko s’est exprimé au nom de sa communauté entière montrant que les propos tenus par le Sotikèmö de Siguiri à Kankan sont individuels. Enchaînant, et je décide : « C’est le Sotikèmö qui a parlé mais ce que les 12 cantons ont décidé à l’unanimité, c’est de démentir les propos de Dramane, c’est l’accord de toutes les sages de l’Union Mandingue, c’est une foutaise. Manden est toujours à sa place, une seule personne ne peut pas parler au nom de Manden c’est Elhadj Mamady Sidibé qui est le président de l’Union Mandingue », explique Elhadj Moussa Sacko, doyen de Mègnè. 

Par ailleurs, les sages de cette entité sociale jugent la rencontre des Sotikèmös de la haute Guinée comme étant une trahison. Présentement, ce bras de fer qui existe entre le Sotikèmö de Siguiri et les sages des 12 cantons, a pris une grande envergure. Si l’autorité n’intervient pas, il peut entraîner une fracture sociale.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224624047979

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.