Connect with us

Politique

Siguiri : les agresseurs de l’ancien maire condamnés

Published

on

Les Assises correctionnelles de la Justice de Paix de la préfecture de Siguiri ont pris fin, vendredi, 15 juillet 2016, par une décision à plusieurs condamnations assorties d’amendes de réparations de dommages causés, rapporte l’AGP sur place.

Examen de conflit de compétence ayant compromis aussi longtemps l’intervention de la Délégation Spéciale (DS) de la Commune Urbaine (CU), était l’affaire inscrite au rôle de l’audience.

Entendu que le vérdict prononcé par le juge de Paix de Siguiri, Abdoulaye Conté est motivé par des délits de plusieurs natures.

Pour la petite histoire, retenez que l’installation de la DS de la CU de Siguiri est intervenue avec un retard de neuf (09) mois et pour cause, le refus avéré et non justifié d’un groupe de citoyens, dont les agitations ont été à l’origine de l’échec de plusieurs tentatives d’installation de ladite DS. D’où la colère du camp adverse qui, au lieu de procéder à des réclamations citoyennes, s’est plutôt livré à une démonstration de force pour atteindre son objectif.

Chemin faisant, certains éléments mis à contribution, soit 25 au total, se sont rendus coupables de délits de vol, d’injure, d’attroupement, de destruction de biens privés, de coups et blessures volontaires et de violences. Autant de charges que le tribunal a retenues contre les prévenus. Ceci, suite à l’examen des plaintes formulées par la partie civile comprenant, Aboubacar Sidiki Traoré, maire de Siguiri au moment des faits, Mamadou Traoré alias Tizo, Abou Doumbouya, Nankossa  Keita et Kabinet Camara.

Pour les besoins d’informations judiciaires, 23 sur 25 accusés ont été interpelés le 21 juin dernier, pour être situé sur leurs sorts ce vendredi au terme d’un procès de six jours.

Ainsi, en statuant publiquement et contradictoirement à leur égard en matière civile et en premier ressort, après en avoir délibéré sur l’action publique, dix (10) d’entre eux ont été relaxés au bénéfice de doute. Les quinze (15) autres accusés ont été catégorisés et condamnés selon la nature des charges retenues contre eux.

Il s’agit d’un premier groupe de quatre (04) éléments condamnés à un (01) mois cinq (05) jours de prison ferme et au paiement de cinq cent mille francs guinéens (500.000 GNF) d’amende.

Le Tribunal a condamné à six (06) mois de prison ferme et à un million (1.000.000GNF) d’amende un notre groupe de sept (07) éléments, dont six (06) transférés à la Maison d’Arrêt de Kankan où ils vont purger leurs peines. Il a décerné un mandat d’arrêt contre Mamadou Magassouba et Adama Ouloudjouphill par défaut de comparution.

Il a condamné solidairement un groupe de neuf (09) éléments à payer à la partie civile et à titre de dommage et intérêt, le montant global de 513.400.000 GNF. Dans ce montant, 450.000.000 GNF sont destinés à Aboubacar Sidiki Traoré.

Des peines distribuées par la Justice de Paix de Siguiri suivant certaines dispositions du Code pénal, du Code de procédure pénale et du Code civil guinéens.

Les condamnés ont quinze (15) jours pour interjeter appel.

AGP

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités