Siguiri : un conseiller communal victime d’une tentative de kidnapping

Print Friendly, PDF & Email

L’acte s’est produit au bloc administratif de la préfecture lors de la passation de service entre le secrétaire général chargé des affaires administratives entrant et sortant. C’est le gouverneur de la région administrative de Kankan qui a présidé la cérémonie de passation en présence de tous les chefs de services et les représentants du RPG Arc-en-ciel.

C’est à l’issu de cette passation de service ce jeudi 28 mai 2020 que le conseiller communal du nom de Moussa Nagnalen Sacko communément appelé “Donah” a été victime d’une arrestation par trois gendarmes de l’escadron mobile de Siguiri. A cet effet, la victime explique les circonstances de son arrestation : « Je suis Moussa Nagnalen Sacko communément appelé “Donah”. C’était la passation de service d’un cadre de la préfecture, je suis arrivé pour y assister, entre temps, un des responsables du parti m’a signalé en disant Donah, c’est vous qui avez la voiture RAV 4 dehors, j’ai répondu à l’affirmatif. Le gouverneur est venu, on me dit de déplacer la voiture, c’est en courant, je suis allé, je ne m’attendais à rien, j’ai vu le gouverneur entrer au bureau du chef protocole du préfet leur demander qu’est-ce qui se passe. Le moment pour moi de me retourner, un élément de l’escadron mobile est venu vers moi en disant Donah, nous sommes venus à ta recherche. Le commandant nous demande d’aller le trouver dans son bureau. J’ai dit vous avec qui ? Subitement, j’ai vu deux autres agents, ça fait trois, venus sur la moto. J’ai dit quel commandant, on va l’appeler, ils ont appelé mais malheureusement je n’entendais pas la voix. C’est ainsi que moi aussi j’ai dit de me le passer, ils n’ont pas voulu. Ils disent encore que c’est une instruction du procureur, j’ai dit vous pouvez me passer le procureur, ils ont dit non. Ou bien je l’appelle ? Ils n’ont pas accepté. Je leur ai dit, à mon avis professionnel, sociologue de formation, pouvez-vous me montrer un document juridique qui atteste ma convocation par le commandant ou procureur ? C’est-à-dire, convocation ou mandat d’arrêt. J’ai dit s’il te plaît, je suis un citoyen libre, je ne suis pas un voleur, connaissant mon droit et mon devoir, donc si vous ne me montrez pas ces documents je ne vais pas. Ils ont commencé à persister, je dirai que c’était une action de kidnapping parce qu’en ce moment le maire était dans la salle de passation de service. Ainsi, le gouverneur voire l’adjoint du préfet étaient tous dans la salle, j’ai commencé à avancer, arrivé au niveau du bureau du nouveau secrétaire général chargé des affaires administratives, un agent s’est jeté sur moi mais il a été neutralisé finalement. J’ai fait appel aux agents, c’est ainsi que la jeunesse est venue majoritairement. Les gendarmes savent dans quelle circonstance ils se sont cherchés », a expliqué la victime dans un luxe de détail.

Dans le même sillage, le conseiller communal victime d’une arrestation arbitraire a tenté d’expliquer le but de son attestation dans la cour du bloc administratif : « Y’a une bagarre qui s’est déroulée entre les conseillers communaux lors d’une session extraordinaire autour de la reconstruction du marché. Y’a eu mauvaise compréhension, jusqu’à ce que des blessés ont été enregistrés. Bon, un élément a dit que c’est ça. J’ai dit comment vous pouvez vous mettre dans une situation, donc moi-même je suis porteur d’une plainte, la gendarmerie sait que ma plainte est avec elle. Sidiki Condé et Vah ont porté plainte contre trois autres personnes, quand nous avions reçu la toute première convocation nul n’est au-dessus de la loi. On a répondu rapidement pour le respect de la loi, il faut respecter les procédures » indique-t-il.

En outre, la victime a mis un accent particulier sur le comportement des magistrats : « Ils n’ont qu’à porter un regard, pour le respect de la loi, nous fils de Siguiri, responsables de la jeunesse du RPG arc-en-ciel, conseiller communal n’accepterons jamais de nuire cette ville ».

Pour finir, « La préfecture de Siguiri a tiré divers profits du régime de professeur Alpha Condé, à savoir : les fonds ANAFIC et FODEL. Une manière de féliciter les actions du président depuis son avènement au pouvoir » a précisé le conseiller communal Moussa Nagnalén Sacko communément appelé Donah.

Le constat sur le terrain laisse une situation tendue entre les conseillers communaux du centre-ville, une dissension totale.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224622478601

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.