Esclavage en Libye : l’Ufc dénonce un crime contre l’humanité

Print Friendly, PDF & Email

La Direction Nationale de l’Union des Forces du Changement (UFC) est profondément préoccupée et vivement scandalisée par le triste sort actuellement réservé, en Libye, aux migrants clandestins d’origine subsaharienne en partance pour l’Europe, massivement soumis à la traite et à l’esclavage.

  Le Président Aboubacar Sylla est choqué par une pratique honteuse et déshumanisante, un recul grave et obscurantiste totalement en décalage avec notre époque et les valeurs universelles contemporaines et dénonce avec fermeté un crime contre l’humanité.

    L’Union des Forces du Changement déplore le silence et la quasi-indifférence inacceptables et incompréhensibles de la Communauté Internationale, en particulier l’Union Européenne et l’Union Africaine sur cette traite des migrants subsahariens en passe de se banaliser dans cette partie instable de l’Afrique.

    L’UFC rappelle que l’esclavage et la traite humaine sont des pratiques prohibées par la Déclaration Universelle des droits de l’Homme dont sont signataires l’ensemble des États du monde et réprimées par le Statut de Rome qui institue la Cour Pénale Internationale auquel la Libye est partie prenante.

   La Direction Nationale de l’UFC estime que la situation de chaos et d’instabilité chronique que traverse la Libye aujourd’hui ne saurait justifier la tolérance internationale vis à vis de ces pratiques qui consacrent la négation même de l’être humain.

    L’Union des Forces du Changement appelle vivement la Communauté Internationale et l’Union Africaine à agir incessamment pour faire cesser ce terrible commerce et créer toutes les conditions de sa prévention à l’échelle mondiale. 

   L’UFC demande instamment au Chef de l’Etat guinéen qui assure fort opportunément la fonction de Président en exercice de l’Union Africaine, d’initier sans délai les consultations nécessaires afin d’engager des actions d’envergure internationale, dans le but de la constitution d’une commission internationale d’enquête ouvrant la voie à des poursuites judiciaires à l’encontre des responsables et complices de ces pratiques anachroniques.

Vive la dignité humaine !
Vive les droits de l’Homme !

Conakry, le 17 novembre 2017
La Direction Nationale de l’UFC

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.