Sortie du PM contre Embalo : « ils ont donné l’occasion à ceux qui veulent des sanctions contre la Guinée à avoir des arguments » (Abdoulaye Kourouma RRD)

La sortie caustique du Premier Ministre guinéen, Dr Bernard Gomou dans la presse pour répondre au président bissau-guinéen, par ailleurs président de la conférence des chefs d’États de la CEDEAO continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive.

Interrogé ce vendredi 23 septembre, sur la sortie de Dr Bernard Goumou, Abdoulaye Kourouma, le président du parti RRD a rappelé que la Guinée est dans une situation où chacun des acteurs doit avoir la retenue face à certaines choses.

Selon Abdoulaye Kourouma, pour le Colonel Amara Camara [Ministre Secrétaire Général à la Présidence et Porte-parole de la Présidence] on peut comprendre mais si ça vient d’un Premier Ministre, il n’a pas la moindre idée sur comment arranger ça.

À en croire ce leader politique, même si Embalo est impulsif, il cherchait un point et l’a eu « Embalo est plus politique qu’eux. Embalo a parlé, il les a sondés, il les a amenés à extérioriser leurs sentiments par rapport à tout ce qu’ils sont entrain de dire aujourd’hui. Je pense que Embalo les a poussés à se faire haïr par les autres chefs d’États. Je sais que les sanctions tenaient beaucoup mais les gens les accordaient le bénéficie du doute mais, il fallait prendre quelque chose de concret. C’est ce qu’il attendait […]. C’est déplorable qu’un Premier Ministre s’exprime comme ça. Si vous prenez la hiérarchie du gouvernement, Amara peut parler n’importe comment et le gouvernement peut se défendre des propos d’un autre membre mais, lorsque ça vient du Premier Ministre, je ne sais pas qui peut nous aider à arranger ça, parce qu’il est le chef du gouvernement », argumente Abdoulaye Kourouma. 

Poursuivant, l’ancien député et leader du RRD croit savoir que rien ne sert de répondre coup par coup « Ça ne sert à rien de répondre coup par coup comme si c’est des enfants qui étaient en train d’insulter. Ce n’est pas vraiment bien, on les a poussés à faire des erreurs parce que même s’il y avait d’autres chefs d’États qui étaient là à apprécier leur volonté ou la manière de faire, aujourd’hui, ils ont donné l’occasion à ceux qui veulent qu’il y ait des sanctions contre la Guinée, à avoir des arguments »

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.