Souleymane Traoré, DG de la CBG : ‘’dans les 20 dernières années, la CBG a investi plus de 50 millions de dollars pour le développement communautaire’’

Les journées portes ouvertes de la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) à la presse ont été clôturées vendredi 21 décembre dernier par un point-presse dans la sous-préfecture de Kamsar, préfecture de Boké.  Après 4 jours de visite des médias sur les différents sites d’exploitations de la compagnie, le directeur général de la société a réitéré l’engagement de son équipe à poursuivre les actions à l’endroit des communautés.

‘’Si je regarde les 20 dernières années, la CBG a investi dans les infrastructures communautaires de genre, route, école, santé, centre de santé, forage plus de 50 millions de dollars. Il n’y pas une zone dans la région de Boké que CBG n’a pas une trace. On a fait beaucoup d’infrastructures et nous allons continuer à faire’’, a indiqué Souleymane Traoré.

Répondant à la question relative au manque de communication ces derniers temps de la CBG, le Directeur Général a donné les raisons en ces termes : ‘’effectivement nous n’avons pas trop l’habitude de communiquer parce que, la CBG est une unité industrielle avant tout. Vous avez de brillants ingénieurs, les grands techniciens. La force première de la CBG, ce sont ses ressources humaines dont la préoccupation majeure est de faire tourner l’outil de l’opération. C’est maintenant que nous commençons à mettre en place une équipe de communication. La communication est un art qu’il faut maîtriser, il faut que celui qui donne l’information ait la capacité pour donner la bonne. C’est la raison pour laquelle on dit que pour communiquer il faut appeler la presse parce que, c’est important que le message soit passé’’, a-t-il conclu.

A l’occasion de cette dernière journée, les cadres de la Compagnie des Bauxites de Guinée CBG ont inauguré un poste de santé rural d’une incinération et un logement du chef de poste, dans la commune rurale de Bintimodia, préfecture de Boké.

Mohamed Cissé, de retour de Kamsar

623 33 83 57

 

Print Friendly, PDF & Email



One thought on “Souleymane Traoré, DG de la CBG : ‘’dans les 20 dernières années, la CBG a investi plus de 50 millions de dollars pour le développement communautaire’’

  1. CONDÉ ABOU

    Ce pays est incroyable. Avouez tout simplement que la CBG ne fait pas assez pour les Communautés rurales et ceci n’est pas du tout à l’honneur de cette prestigieuse Compagnie qui exploite les mines de bauxite du plateau de Sangarédi depuis Août 1973 !

    Qui a dit récemment dans les médias Guinéens que la CBG faisait un chiffre d’affaires de 450 millions de Dollars US par an ?

    Si tel est le cas, qu’est-ce que 50 millions de Dollars sur 20 ans représentent pour les Communautés villageoises de Boké et qui sont impactées directement par l’exploitation de la mine de bauxite ?

    Pas grand chose, puisque cela fait exactement une contribution moyenne et annuelle de 2,5 millions de Dollars US. Pendant ce temps, peut-on affirmer que la CBG s’est réellement appauvrie en exploitant les mines de Sangarédi ? Non, elle ne s’est pas du tout appauvrie. Bien au contraire.

    Dans la logique de votre analyse, la contribution annuelle de 2,5 millions de Dollars US en faveur des communautés locales, sur un chiffre d’affaires de 450 millions de Dollars US, c’est exactement 0,55% de votre chiffre d’affaires.

    Quelle conclusion, voulez-vous que l’on en tire, avec une tres grande compagnie qui est là, depuis 45 ans et qui aurait dû construire et exploiter depuis longtemps au moins, sa propre raffinerie d’alumine au regard de la haute teneur de la bauxite de Sangarédi connue de tout le monde, et de l’évolution des prix sur le marché ?

    Cela aurait très probablement permis à la compagnie et au pays, de créer beaucoup plus de valeur ajoutée et d’emplois sur place ?

    Franchement pour moi, ce discours n’a pas de véritable signification. Le Conseil d’Administration et la Direction Générale de la CBG devraient plutôt absolument changer de vision et de perspective de développement pour la compagnie et pour le pays.

    C’est aussi simple, et c’est toute la partie Guinéenne qui devrait se battre pour convaincre les principaux actionnaires étrangers pour qu’ils acceptent de passer à l’étape supérieure et qui porte sur le développement du projet CBG par la construction d’une raffinerie d’alumine à Sangarédi. Ceci est le minimum que l’on puisse attendre de la CBG.

    Sinon, il vaudrait mieux que chacun garde sa propre lecture de la situation financière et comptable de la CBG, et puis, l’on continue dans le même discours qu’il y a 45 ans.

    Repondre

Laisser un commentaire