Soupçons de grippe aviaire dans des fermes avicoles en Guinée: « il faut consommer sans hésitation la production des volailles », rassure Nagnalen

Print Friendly, PDF & Email

Depuis quelques semaines, une maladie semblable à la grippe aviaire puisqu’elle n’a pas été officiellement déclarée frappe de plein fouet des fermes avicoles situées dans les zones de Coyah et de Forécariah. Et selon certains aviculteurs, les volailles ont commencé à mourir vers la dernière semaine du mois d’avril dernier.

Interrogé sur le sujet, le ministre de l’agriculture et de l’élevage a fait savoir que son département. accompagné du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et d’autres entités, est à pied d’œuvre pour limiter la propagation et qu’à l’heure actuelle, les échantillons sont acheminés vers les laboratoires de référence pour confirmer ou infirmier l’existence du virus de la grippe aviaire dans ces zones.

Il invite les populations à ne rien craindre et de manger les volailles parce que selon lui, tout est mis en place pour éviter que la production des zones déjà touchées ne se retrouve sur le marché.

« Il faut consommer sans hésitation la production des volailles en Guinée. On a que les zones de Coyah et de Forécariah qui ont été affecté et on a mis des barrières en place pour ne pas que la production de ses zones là sorte. Toute les autres zones ont des productions propices à la consommation. Ce que vous retrouvez sur le marché, il n’y a pas d’hésitation, on peut le consommer parce qu’il y a un contrôle en amont avant l’écoulement sur le marché », a rassuré le ministre Mamadou Nagnalen Barry dans l’émission « Mirador », de la radio Fim fm.

Poursuivant, dira-t-il : « Pour la grille aviaire, il y a une forte suspicion et 90% d’attirance à la grippe aviaire mais officiellement, on ne peut pas déclarer parce que le protocole international exige qu’un laboratoire de référence confirme la chose avant de le déclarer officiellement. Donc, les tests ont été effectué, l’échantillon est acheminé vers les laboratoires de référence. On attend le résultat officiel de ces laboratoires là pour nous prononcer sur la question. En attendant, nous avons décidé de prendre des mesures comme si c’était déjà officiel pour éviter la propagation. Les équipes vont sur le terrain depuis que nous avons vu les premiers résultats qui nous ont donné assez de confiance par rapport à l’existence. Il y a 3 équipes sur le terrain, il y a eu des personnes qui ont été arrêtées mais trop de communication vise à créer de la psychose. Donc, on est en communication avec les acteurs. J’ai moi-même demandé la création d’une plateforme sur laquelle existe moi-même et toute mon équipe et tous les grands producteurs des volailles en Guinée, nous échangeons nuit et jour sur ça. Et, j’ai dis qu’il faut communiquer avec les principales personnes qui sont concernées par ça parce que les investissements importants sont en jeu et l’autre chose par rapport aux personnes qui ont perdu tout le contenu de leur ferme, qu’elles soient rassurées, le CNRD ne peut pas les oublier », a-t-il indiqué avant d’ajouter ceci : « A date, on ne va pas dire ce qu’on va faire concrètement parce que la grippe n’est pas encore maîtrisée et on ne connait pas l’étendue. On ne sait pas tout ce qui va se passer. En fonction de l’étendue et les moyens dont dispose l’Etat, on va dire avec certitude voilà ABCD pour les populations. Ce qui est sûr, on fera quelque chose pour ces frères parce que c’est grâce à eux que l’importation n’est pas importante en Guinée ».

Par ailleurs, le ministère de l’agriculture et de l’élevage rappelle que : « La grande production, c’est la zone de Kindia et par la grâce de Dieu, pour l’heure, elle n’est pas encore affectée et la production dans la banlieue de Conakry pourra nourrir la population de Conakry. Donc, ce qu’on a fait, on a mis une barrière pour éviter que les productions des zones de Coyah et Forécariah n’aillent pas à Conakry et on interdit même que les productions de ces deux zones là sortent des fermes pour se retrouver sur le marché de Coyah à plus forte raison à Conakry »

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.