Stabilité des prix des denrées alimentaires : un protocole d’accord scellé entre le gouvernement et le secteur privé

Il s’est tenu hier vendredi, 20 janvier 2023 au ministère du Commerce, de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises, la signature d’une convention entre la direction générale des douanes, la direction nationale du Commerce intérieur et de la concurrence et la chambre du commerce, d’industrie et d’artisanat de Guinée.

Présidé par les ministres Louopou Lamah et Dr Lanciné Condé du Budget, cet accord a pour but de définir des engagements des parties dans le cadre du dédouanement et de la commercialisation des denrées de première nécessité sur le marché guinéen. 

Les travaux de la commission mise en place le 13 janvier dernier, composée des représentants de la direction générale de la douane, du patronat à travers la chambre de commerce, se sont soldés par la signature d’un protocole d’accord sur la stabilité des prix des denrées alimentaires.

Ladite convention selon la ministre Louopou, vise à approvisionner correctement le marché guinéen en produits de première nécessité, en quantité mais aussi en qualité, ceci pour le bonheur des consommateurs. C’est pourquoi elle ne manque pas d’attentes des opérateurs économiques, quant au respect des engagements, conformément aux clauses.

« Nos attentes vis-à-vis de la chambre, c’est de pouvoir d’abord sensibiliser les adhérents, tous les commerçants pour qu’on mette en avant le patriotisme. L’on ne peut pas gagner en mettant en tête que les conditions sont difficiles, il faut un sacrifice. Nous comptons donc sur eux, pour que les prix soient stabilisés sur les marchés, pour que les prix sur lesquels nous nous sommes convenus soient respectés», a-t-elle souhaité, annonçant la création d’une commission d’évaluation et de suivi par son département, ceci pour pouvoir s’assurer de l’applicabilité des prix, mais pour éviter d’autres charges qui viendraient alourdir celles que le secteur privé supporte déjà.

Ce protocole scellé entre ces différentes directions, est une matérialisation selon le ministre du budget, de la vision du Président de la transition, qui a un regard bien orienté sur le l’amélioration du panier de la ménagère. 

 » Nous nous approchons du carême chrétien et du mois de Ramadan. Ce qui voudrait dire que le premier trimestre est chargé d’événements sociaux. La guerre en Ukraine n’est pas finie, COVID est encore avec nous. Dans ces conditions là, nous avons pensé qu’il est utile de continuer à préserver le miracle guinéen comme on l’a fait. Partout les prix sont en train de bouger de manière significative et la Guinée reste stable. Cela traduit donc la capacité du Gouvernement à regrouper sous le leadership du Premier ministre Chef du Gouvernement, Dr Bernard Goumou, l’ensemble des acteurs économiques afin de trouver un terrain d’entente sur ce que le Gouvernement peut faire comme concession et ce qu’ils peuvent eux aussi ( opérateurs économiques), pour que la vie reste soutenable en Guinée», a voulu Dr Lanciné Condé.

Au nom des importateurs et opérateurs économiques du pays, Mamadou Baldé, président de la chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat de Guinée, a confié être sorti satisfait de la manière dont les choses se sont déroulées pendant cette signature.

« Ce protocole que nous venons de valider est l’émanation de la volonté de tous les importateurs et opérateurs guinéens, qui rassurent les départements, le Gouvernement, qu’ils sont là pour accompagner toutes les initiatives qui s’inscrivent en droit ligne avec le bien-être de la population. Il a également été question de réaffirmer notre engagement d’être au service de l’État et du CNRD. C’est pourquoi nous allons nous impliquer afin d’être présent sur le terrain pour ne pas que le contraire se produise», a-t-il promis. 

En tant qu’acteur clé de l’économie nationale, la douane devra jouer un rôle primordial quant à ses engagements pour ce qui est sa part dans le contrat qui consiste à appliquer la valeur de 100 dollars pour le tonne de riz et de 200 dollars pour le tonne du sucre, quelque soit le conditionnement.  

« Nous allons veiller au respect du prix de vente contenu dans le protocole qui vient d’être signé. Il est prévu des rencontres inédites pour essayer de voir l’application et le respect des clauses du contrat. C’est vrai que les valeurs auront des impacts sur les recettes douanières, mais c’est une nécessité aussi de maintenir le prix abordable pour les produits de première nécessité. Nous pensons que c’est une décision importante qui vient d’être prise par les autorités et que nous nous engageons à respecter», a rassuré le Directeur général des douanes, Général Moussa Camara.

Si ces travaux d’une semaine ont abouti à la signature de ce protocole d’accord entre opérateurs économiques et Gouvernement à travers le département du commerce, l’application sur le terrain, de Conakry à l’intérieur du pays, constitue un autre facteur. Ceci dit, une lourde responsabilité reviendra à la direction nationale du commerce intérieur et de la concurrence, qui, devra jouer un rôle de veille. C’est pourquoi son Directeur ne manque pas déjà de stratégies, devant renforcer ce contrôle.

« Nous allons encore relancer notre dispositif de suivi de Conakry jusqu’à l’intérieur du pays, pour que nous puissions sensibiliser, informer mais aussi amener les gens à respecter ces prix. Pour y arriver, une commission mixte, ( douane, chambre du commerce et commerce intérieur) sera mise en place, pour que nous puissions progressivement élaborer les rapports de mise en œuvre du respect de ces prix. La population peut donc compter sur notre direction comme d’habitude, parce que nous allons continuer les efforts avec nos partenaires, en l’occurrence la chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat de Guinée» a confié à son tour, M. Émile Yombouno.  

Sâa Robert Koundouno

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.