Connect with us

Politique

[Sur RFI] Cellou Dalein Diallo d’accord pour une révision de la Constitution…

Published

on

Les lignes ont-elles bougé ? Sur RFI, Cellou Dalein Diallo, le principal opposant d’Alpha Condé a déclaré être favorable à une révision de la Constitution qui ne toucherait pas les intangibilités. Intégralité de l’interview…

————-

(…) Aujourd’hui, RFI donne la parole au chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo. Il a décidé de ne pas répondre à l’invitation du Premier ministre pour les consultations et il considère que la date annoncée pour les prochaines législatives, le 28 décembre prochain, n’est pas tenable. Il répond aux questions de Laurent Correau.

RFI : Ce lundi [16 septembre], vous n’êtes pas venu participer aux consultations organisées par le Premier ministre guinéen. Pourquoi ?

Parce que nous savions déjà que monsieur Alpha Condé a pris la décision d’introduire une nouvelle Constitution pour pouvoir s’octroyer un troisième ou un quatrième mandat, donc les consultations n’étaient qu’une formalité qui ne pouvait rien changer.

La présidence, de son côté, affirme que la nouvelle Constitution n’est pas destinée à servir un projet de troisième mandat. Qu’est-ce qui vous persuade du contraire ?

Vous vous êtes posé la question de savoir pourquoi il a attendu à la fin de son deuxième mandat pour changer de Constitution. Il aurait dû laisser cela à son successeur et tous les changements qu’on souhaite introduire peuvent faire l’objet d’une révision. Ce qui n’est pas révisable c’est les dispositions relatives à la durée et au nombre de mandats du président de la République.

Vous pensez qu’une révision de la Constitution serait préférable à un changement de Constitution ?

Oui absolument, parce que si son intention était de changer des discussions sur le mandat de collectivité, notamment la participation des femmes et de la diaspora, il aurait dû introduire une loi portant révision de la Constitution actuelle. Mais ce qui l’intéresse, c’est le troisième mandat. Cela ne peut pas se faire parce qu’on a veillé justement à la limitation du nombre de mandats du président de la République.

Lors d’une réunion de l’opposition plurielle qui a eu lieu ce lundi, les échanges autour de ces consultations ont été houleux. Certaines personnalités ont indiqué qu’elles voulaient participer au dialogue parce que selon elles, il s’agit d’un exercice démocratique. Qu’est-ce que vous leur avez répondu lors de cette réunion ?

Nous avons dit que toute consultation, tout dialogue relatif à un changement de Constitution n’est pas légal. On ne peut pas changer la Constitution. La Constitution n’a pas prévu une disposition qui permet de changer de Constitution. Cette Constitution ne peut pas être jetée dans la poubelle et d’adopter une nouvelle Constitution.

Mais est-ce que cela ne fait pas partie des prérogatives du président de la République de pouvoir proposer un nouveau texte de Constitution ?

S’il n’y a pas de rupture dans le fonctionnement des institutions, il n’y a pas de coup d’État. Il ne peut pas changer toute la Constitution. Il peut changer toutes les dispositions sauf les dispositions dites intangibles : la forme républicaine de l’État, la pluralité politique et syndicale et le nombre et la durée de mandat du président de la République.

Est-ce qu’il y a une ou des conditions auxquels l’opposition et la société civile sont susceptibles de participer à ces consultations ?

Non, on ne peut pas discuter du changement de Constitution. C’est illégal. On ne peut pas participer à un exercice illégal.

Mais est-ce que « la politique de la chaise vide » sur un tel projet constitutionnel ne va pas poser problème ? Est-ce que cela ne risque pas de préparer les crises à venir ?

Nous sommes de républicains, des légalistes. C’est entrer dans un exercice tout à fait illégal que d’aller discuter des modalités de changement de la Constitution. Votre interlocuteur de ce matin vous dit que ce n’est pas sur le principe, c’est sur le contenu qu’il faut discuter.

L’autre dossier politique important à l’heure actuelle ce sont les législatives. Le président de la Céni, Salif Kébé, propose que ces élections aient lieu le 28 décembre prochain. Est-ce un objectif qui vous semble une bonne chose ?

Ce n’est pas un objectif réaliste,. Le président de la République a demandé à ce que les élections aient lieu d’ici la fin de l’année. Tous les experts électoraux sont unanimes, que c’est impossible d’organiser une élection régulière en décembre. La date la plus proche si on veut organiser une élection crédible et transparente, c’est au début du mois de mars. Les commissaires de la Céni ont fait l’exercice. Ils avaient dit qu’il fallait 235 jours pour pouvoir organiser des élections législatives lorsque les moyens auraient été mis à leur disposition. Aujourd’hui, Alpha [Condé] a donné des instructions : il faut que ces élections aient lieu avant la fin de l’année. Salif Kébé a dit : « Bon, on peut le faire ». Le 28 décembre, c’est impossible pratiquement.

Pourquoi cette date n’est-elle pas tenable selon vous ?

C’est parce qu’il y a des délais légaux qu’on ne peut pas réduire. Ce serait violer le code électoral. Il y a des délais opérationnels et impossible d’enrôler 6,4 millions d’électeurs seulement dans un délai de 45 jours. Or, l’application des recommandations de la mission d’audit demandait à ce que tous les électeurs reviennent pour se faire enrôler correctement parce que vous devez savoir que le rapport d’audit a trouvé que 3 millions d’électeurs sont dans le fichier alors qu’ils n’ont pas fait l’objet de dédoublonnage. Il y a 1,6 million d’électeurs qui n’ont pas de données biométriques. Il faut changer tout cela. Or, pour résoudre le problème du fichier, il fallait que tous les électeurs reviennent sans résister correctement conformément au cahier de charge dans le fichier biométrique un service comme cela se doit, ce qui n’est pas le cas actuellement dans le fichier.

Si sa date n’est pas tenable pourquoi selon vous est-ce que les autorités se sont-elles fixé cet objectif ?

Peut-être qu’Alpha [Condé] a l’intention de s’approprier une majorité qualifiée à l’Assemblée pour faire passer sa Constitution par l’Assemblée, par la voix parlementaire. Rien ne l’exclut parce que sinon, on ne peut pas comprendre qu’on décide d’imposer une date qui n’est pas tenable qui n’est pas conforme au code électoral et qui ne peut pas permettre l’exécution de toutes les tâches comme prévue par la loi et les (…)

Lire la suite sur RFI

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • La Gambie plaide pour la fin du "génocide" en Birmanie 10 décembre 2019
    Au nom des 57 Etats de l'organisation de la coopération islamique, Banjul accuse la Birmanie de génocide contre la minorité musulmane rohingya. Pour défendre son pays, Aung San Suu Ky est venue en personne à La Haye.
  • Mécontente de son exclusion des JO, la Russie pourrait faire appel 10 décembre 2019
    Hier à Lausanne, en Suisse, l'Agence mondiale antidopage (AMA) a rendu son verdict : la Russie est suspendue de toute compétition sportive à l'échelle mondiale, et ce pour les quatre années à suivre.
  • Le barrage de la Renaissance sur le Nil, un projet qui fait grincer des dents 9 décembre 2019
    Les représentants de l'Egypte, de l'Ethiopie et du Soudan sont à Washington pour une réunion ministérielle. Une rencontre pour évaluer les résultats des négociations au sujet du grand barrage de la Renaissance (GERD). 
  • L’UE lève ses sanctions contre deux personnalités de la RDC 9 décembre 2019
    L’UE a décidé de lever ses sanctions contre l’ancien porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, et l'ex-chef de la sécurité intérieure et de l’Agence nationale des renseignements, Roger Kibelisa. 
  • Allemagne, le SPD reste dans la coalition au pouvoir 9 décembre 2019
    La rencontre en France sur l’avenir de l’Ukraine est commentée par la presse allemande, mais il est également question des conclusions du congrès des sociaux démocrates allemands et de la coalition au pouvoir à Berlin.
  • Les citoyens attendent plus de la COP25 9 décembre 2019
    Militants écologistes, associations, ONG ou particuliers se mobilisent à Madrid pour rappeler l'urgence climatique aux dirigeants politiques. Ils appellent notamment à oser changer de système économique.
  • La Russie exclue des Jeux Olympiques pour quatre ans 9 décembre 2019
    L'Agence mondiale antidopage a décidé ce lundi d'exclure la Russie des Jeux olympiques pour quatre ans. Les sportifs russes ne pourront participer au JO de Tokyo en 2020 et de Pékin en 2022 que sous bannière "neutre".
  • RDC: des députés exigent la mutation des soldats dans l'est 9 décembre 2019
    Face aux massacres commis par les rebelles ADF contre les populations civiles du territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu (est), l’opinion exige la mutation des officiers de l’armée congolaise.
  • Bundesliga J14 : Gladbach vient à bout du Bayern Munich 9 décembre 2019
    Menés 0-1, les Poulains ont fini par s'imposer face aux Bavarois dans les dernières minutes de la rencontre. Gladbach est leader, avec un point de plus que le RB Leipzig. Le Bayern est septième.
  • Von der Leyen en Afrique pour son premier déplacement hors UE 8 décembre 2019
    Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission de l'Union européenne, a choisi Addis Abeba pour son tout premier déplacement après sa prise de fonction. Un voyage court avec un agenda chargé.
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au Sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.