Connect with us

Societé

Suspension de la grève des enseignants : ce qu’ils ont obtenu sans les 8 millions…

Dans une ambiance bon enfant, le Gouvernement et le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) ont signé jeudi nuit au palais du peuple un protocole d’accord axé sur 12 points.

Selon notre reporter sur place, les deux parties ont convenu entre autres du dégel des trois mois de salaire, de l’assainissement du fichier des enseignants, de l’attribution des logements sociaux aux enseignants, de la prise en charge médicale. Mais rien sur la principale revendication : 8 millions de francs guinéens comme salaire de base à chaque éducateur.

La grève des enseignants enclenchée depuis le 3 octobre dernier a finalement été suspendue sous les hourras du public. C’est Aboubacar Soumah qui a fait l’annonce dans une salle acquise à sa cause. Nous y reviendrons…

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

0 Comments

  1. Dramé

    11 janvier 2019 at 2 h 55 min

    Toutes ses greves n’avaient aucun sens . Puisque le gouvernement voulais faire des augmentations. Ils ont déjàs fait des augmentations plus de 50% de leur salaires .depuis 2010 . Les syndicats peur proteste ou même provoquer des grèves mais faire des grèves pendant un an alors que c’est provoquer par ses syndicats des enseignants ! Mais si c’est des syndicats ils ne défendent pas les cases des enfants qu’ils voulaient empêchés d’allez a l’école . Maintenant tout cela pour rien . Ils étaient introduit par certains qui faisaient la politique mais si le slegue se rend compte de leur mauvaises stratégies pour provoquer une grève c’est très bien pour la suite des programmes d’enseignements en Guinée . Merci alpha Condé . Et merci que le slegue soit républicain patriote en fin .

  2. Denise

    11 janvier 2019 at 8 h 57 min

    Soumah et sa cupidité à faire croire aux ineptes que les 800€ seront gagnés et les faux politiciens voulant le ko les supportants pour le désordre sont tous par terre aujourd’hui car le gouvernement n’a pas cedé et merci le président et merci Kassori pour la fermeté. Depuis février 2018 ils ont commencé à mettre en hypothèque l’avenir des enfants. Ils sont nuls et pas patriotes

  3. MANZO

    11 janvier 2019 at 11 h 53 min

    « de la prise en charge médicale. »

    Drôle que ce point ne figure nulle part sur le dit accord!
    Alors, où as-tu pris ce volet pour en faire un acquis pour soumah, réporter si imaginatif?

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook