Suspension de la grève des enseignants : ‘’on ne peut pas prédire si (le syndicaliste) Soumah réussira’’ (Faya)

Print Friendly, PDF & Email

Le président du Bloc libéral (BL) Dr Faya Lansana Millimouno a confié vendredi à Mediaguinee qu’il reste à espérer que ces leaders religieux, médiateurs dans la crise au sein de l’Education, « seront en mesure, comme ils l’on fait pour le syndicat de persuader tout le monde sur la nécessité de se mettre au tour de la table pour trouver des solutions définitives aux problèmes qui se posent. Sinon, dit-il, si ça n’aboutit pas, et qu’il ne soit plus possible demain, qu’une autorité morale puisse se mêler pour calmer une situation tendue, nous allons tout droit contre le mur”, dit M. Millimouno.

Pour lui, “il faut se féliciter que le SLECG ait décidé de suspendre la grève. Parce que les enfants, les parents d’élèves souffraient, donc le peuple de Guinée dans son ensemble souffrait “.

Nous avons compris, a dit l’opposant “qu’au niveau du syndicat lui-même, il n’y avait pas de cohérence. Chacun était entrain probablement pas tous, mais certains ont joué sur le dos du peuple. Peut-être ils se sont laissés aller pour se calomnier mutuellement. Ce n’est pas exclu que certains aient été corrompus pour calomnier d’autres. Et, tout ça la victime, c’était le peuple”.

“Nous avons compris aussi que l’Etat ne voulait pas prendre ses responsabilités. Nous avons un Premier ministre, un ministre de l’Education et un ministre du travail de la fonction publique. Tous ces gens-là, aucun n’a été capable de s’ouvrir à une négociation. On a l’impression que la seule autorité aujourd’hui dans notre pays capable de faire même de la manutention, c’est le président de la République”, déplore-t-il.

“Et, c’est sous la caution des religieux que le syndicat a dû reculer. On ne peut pas prédire si Soumah réussira parce que nos hommes religieux, qui sont préoccupés par la paix, on a déjà perdu des vies, des blessés et des dégâts matériels enregistrés. Il reste à espérer que ces leaders religieux seront en mesure, comme ils l’on fait pour le syndicat de persuader tout le monde sur la nécessité de se mettre autour de la table”, prévient le président du BL.

La grève des enseignants enclenchée le 13 novembre dernier a été suspendue jeudi dernier par le principal meneur Aboubacar Soumah, secrétaire général adjoint du SLECG, sous la pression des chefs religieux.

Elisa Camara     

+224 654 95 73 22

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.