Suspension des manifs : le FNDC a promis aux religieux de se pencher sur la question

Print Friendly, PDF & Email

La rencontre tenue ce mercredi 29 janvier entre les leaders religieux et le front national pour la défense de la constitution (FNDC), pourrait être le déclic pour une description de la crise politique qui secoue la Guinée depuis plusieurs mois.

Au sortir de cette rencontre à la grande mosquée Fayçal, Abdourahmane Sano qui s’est prêté aux questions des journalistes, a expliqué que le FNDC a promis aux religieux de se pencher sur la question de la suspension des manifestations.

“Personne ne veut des manifestations, ce n’est pas de gaité de cœur que le FNDC fait des manifestations. On les fait parce que la loi nous permet mais aussi parce que c’est cela notre moyen de pression sur ces gens-là qui veulent confisquer le pouvoir d’Etat et ça, on ne va pas l’accepter.  On ne va permettre à personne de confisquer le pouvoir et comme nous somme dans les liens de la loi, nous avons promis aux religieux que nous allons nous retrouver parce que  nous ne sommes qu’une délégation,  de faire le compte rendu et voir qu’est-ce qu’on peut faire. Mais on leur a garanti de notre disponibilité, de notre esprit de paix et cela est un principe au FNDC”, a expliqué le coordonnateur national du FNDC.

Le front anti troisième mandat a aussi profité de cette occasion pour signifier aux religieux sa position par rapport aux législatives du 16 février prochain. Pour Abdourahmane Sano, les exigences des partis qui ont décidé de boycotter ces élections sont aussi une des exigences du FNDC.

“Il faut que les religieux comprennent qu’un imam, qu’un archevêque ou même le pape ne peut pas modifier les termes de la Bible ou du Coran pour se maintenir imam ou pape, c’est extrêmement difficile. Nous leur avons expliqué que tout le peuple attend d’eux, qu’ils puissent dire cette vérité-là au président Alpha Condé et on leur a expliqué aussi que les principaux partis politiques qui ne prennent pas part aux législatives programmées, ont pris position. Leur peur, ce n’est pas d’aller à une élection, ce que ces partis réclament, se trouve être les exigences du FNDC, ce sont des élections transparentes, un fichier propre basé sur les recommandations de l’audit de l’OIF (organisation internationale de la francophonie, ndlr)”, a-t-il dit tout en lançant un message singulier aux religieux.

“Le FNDC soucieux de la paix dans le pays, a insisté à ce que tout le monde œuvre à ce que la paix revienne. Mais qu’on dise à ceux-là qui ont la décision finale, pour qu’ils puissent comprendre qu’ils sont entrain de conduire le pays au fond de l’eau et cela ne peut arranger personne. On n’a voulu qu’ils comprennent ce qui se passe, on sait bien qu’ils le savent. Nous voudrions être heureux en tant que croyants, que nos religieux posent des actes qui fassent en sorte que nous en tant que croyants on se reconnaisse de la mission prophétique qu’ils ont en charge par la volonté de Dieu”, a dit le coordonnateur du FNDC.

A signaler que les principaux leaders politiques membres du FNDC ont pris part à cette rencontre. Les leaders religieux, eux, ne se sont pas prêtés aux questions des journalistes.

Thierno Sadou Diallo 

+224 662 76 75 74

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.