Tabaski à Kankan : la population fête dans la joie

Print Friendly, PDF & Email

À l’instar de leurs coreligionnaires de la Guinée et du monde entier, les fidèles musulmans de la commune urbaine de Kankan ont célébré ce mardi, 20 juillet 2021, la fête de l’Aïd El Kebir ou encore appelée la fête de Tabaski. Dans le calendrier musulman, cette fête est la plus grande, selon un leader religieux.

C’est à 8 heures que les fidèles musulmans de Kankan et d’autres fils ressortissants de la localité venus pour la fête ce sont mis dans leurs plus beaux habits pour se retrouver à la grande mosquée de Kankan où le premier imam, Elhadj Karamo Bangaly Kaba, après avoir lu son serment a appelé les populations à la paix et au respect strict des mesures barrières édictées par les autorités sanitaires contre la pandémie Covid-19.

Présent sur les lieux au côté des responsables administratifs locaux et des responsables religieux, le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, le Général Bourema Condé s’est dit satisfait des mesures sanitaires prises pour cette fête à Kankan.

« En ce jour de la célébration de l’Aïd El Kebir, j’ai un sentiment de fierté. Le premier constat est que les autorités locales et religieuses ont tenu à faire respecter les consignes du gouvernement par rapport aux mesures de sécurité sanitaire. Nous saluons donc cet élan de respect des consignes », a-t-il dit.

Mory Kolofon Diakité, le maire de la commune urbaine de Kankan s’est réjouit que la nouvelle de l’annulation de la grande Mamaya n’est pas créé de contestation au niveau de la population.

« Nous avons fêté à Kankan dans la discipline,  la paix et la cohésion sociale, c’est ce qui fait que moi j’ai un sentiment de joie et de satisfaction totale, parce que nous avons dit à la population qu’il n’y aura pas de Mamaya cette année pour ne pas que la maladie Covid-19 prenne une certaine allure car aujourd’hui l’allure a baissé, cela va nous permettre de vaincre la maladie peut-être d’ici l’année prochaine », dit-il.

Kabinet Touré est un citoyen qui malgré l’annulation de la Mamaya cette année s’est réjouit en cette journée de fête :

« Aujourd’hui est un jour de joie et de réjouissance. Parce que la fête à Kankan est différente de la fête dans les autres villes. Ici pendant la fête, tous les fils ressortissants vivant dans les quatre coins du monde se retrouvent pour fêter ensemble, nous prions Dieu que ça continue comme ça. L’annulation de la Mamaya ne m’a pas du tout frustré parce que ce que le chef de l’Etat a décidé, et  c’est ce que tout le monde doit accepter. En plus cette décision est prise pour protéger la population de la maladie Covid-19. »

Après la prière et les bénédictions, le grand imam Elhadj Karamo Bangaly Kaba a, en premier lieu immolé son mouton de fête, avant de libérer les fidèles musulmans pour que chacun fasse comme lui.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.