Témoignage. « Abdoul Gadiri était en position de courir quand il a reçu la balle par derrière »

C’est un jeune du nom de Abdoul Gadiri Diallo, âgé de 16 ans, qui est décédé mercredi 7 septembre dernier à l’hôpital national de Donka. Il aurait reçu ce jour une balle à Hamdalaye Concasseur lors des accrochages entre les forces de l’ordre et des jeunes pendant l’enterrement du jeune Alpha Oumar Barry, tué le 17 août dernier à Wanindara.

Selon les témoins, il aurait succombé à ses blessures à l’hôpital où il aurait reçu des soins. Jeudi 8 septembre, notre rédaction s’est rendue à Hafia 1, dans la commune de Dixinn, pour plus d’informations.  C’est une famille triste que nous avons trouvée.  Tout le monde se lamentait, c’était des pleurs partout. La maman de l’enfant est inconsolable. Elle pleure sans cesse son unique enfant. Répondant difficilement aux questions, elle dira qu’elle était à un lieu de décès et que c’est de là qu’on l’a appelée pour lui dire que son enfant a reçu une balle. « Je pardonne à mon enfant, mais je ne pardonnerai pas à ceux qui l’ont  tué.  Mon enfant m’avait dit de ne pas le pleurer.  Mais il faut que je le pleure, mon unique enfant.  Je l’ai laissé en train de dormir, je suis partie à un autre lieu de décès. Quand je suis venue, j’ai trouvé que c’est mon fils qui allait mourir aussi. Je pardonne  à mon enfant mais je ne pardonne pas à celui qui a tué mon enfant. », a déclaré Mariama Kesso Diallo, mère de l’enfant.

Quant à Djibril Diallo, un des cousins du défunt, il dit que la famille a accueilli ça avec tristesse. « Parce que l’enfant, sa maman l’a laissé à la maison. Elle est partie pour un autre lieu de décès.  Après finalement le petit est sorti. C’est lorsqu’on a appelé sa maman à l’hôpital pour dire que son petit a reçu une balle, c’est en ce moment qu’elle a compris que son enfant était sorti de la maison.  C’est comme ça qu’on a appris la nouvelle. Ça c’est la décision de la famille.  On trouvé que laisser le corps pour faire une autopsie, ça prend beaucoup de temps. Et on a appris aussi que finalement que tu laisses le corps là-bas, pour récupérer le corps, il faut que tu payes de l’argent.  Et nous, on ne voulait pas tout ça. On préfère l’enterrer que de faire l’autopsie. Puisque cette autopsie ne sert à rien.  Il n’y a pas de justice.  Tous les enfants qui ont été tués, il y a eu des autopsies mais après ça, rien. Cette pour cette raison  qu’on a décidé vraimnet de récupérer le corps et l’inhumer. L’enfant était gravement blessé, quand tu voyais là où la balle est ressortie au niveau du ventre  c’est complètement ouvert. L’intestin était dehors. Il n’est pas décédé sur place on l’a emmené aux urgences, les médecins ont fait ce qu’ils ont pu faire. Ils ont demandé  4 poches de sang. On s’est mobilisé on eu le sang. Ils ont mis les 3 poches, et la 4ème poche n’a pas pu passer, il est décédé », a-t-il expliqué. 

Aujourd’hui, Djibril Diallo demande aux forces de l’ordre d’arrêter de tirer sur des enfants.

« Nous, tout ce qu’on peut demander aux autorités, c’est d’arrêter de tirer sur des enfants avec des balles réelles parce que ce ne sont  pas des rebelles, ils ne sont pas armés. Parce que là celui qui a fait ça a fait exprès. L’enfant était en position de courir a reçu la balle par derrière. C’était à Concasseur ici. Il était descendu du pick-up, il s’est mis à côté, les enfants ont pensé qu’ils sont partis. Les enfants aussi voulaient rentrer à la maison. Il est ressorti et a tiré deux balles. Le petit qui l’a accompagné à l’hôpital aussi a reçu une balle au niveau du pied. L’objectif c’est pour tuer.On s’en remet à la volonté divine mais on ne pardonnera jamais.  S’il n’y a pas la justice ici, il y aura la justice à l’au-delà. Il s’appellait Abdoulaye Gadirou Diallo. Il faisait le métier, il avait 16 ans. »,  a-t-il ajouté.

Contrairement à d’autres victimes tombées pendant les manifestations, Abdoul Gadirou lui,a été inhumé ce jeudi 8 septembre au cimetière de Hafi 1.

Christine Finda Kamano 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.