Thierno Saïdou Diakité : ‘’le code de l’ordre national des architectes est à revoir en son volet installation des ascenseurs’’

Print Friendly, PDF & Email

Au cours d’une conférence organisée ce lundi, 7 décembre, à la Maison de la Presse, sur le thème : « Plaidoyer pour l’accessibilité des personnes en situation d’handicap dans les immeubles », Thierno Saïdou Diakité, consultant sportif a tenu à rappeler qu’actuellement, c’est à partir d’un immeuble de cinq étages, que l’ascenseur est obligatoire.

« Cette norme de construction est à revoir pour exiger à partir du troisième étage un ascenseur », estime-t-il.

Poursuivant, il a rappelé que bon nombre de nos compatriotes confrontés ont des difficultés d’accès dans maints domaines notamment, l’accès aux divers bâtiments publics ou privés et aux places publiques.

« Cette communication de ce jour vise donc à susciter à partir de maintenant, la prise en compte de la problématique de l’accessibilité par tous les acteurs concernés à savoir : le Ministère des Affaires Sociales et des Personnes Vulnérables, le Ministère de l’Aménagement et de la ville, le Ministère de l’Environnement, le Ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation, l’ordre des Architectes, la Fédération guinéenne des personnes handicapées », explique-t-il.

A l’en croire, le troisième recensement général de la population  avait dénombré « 155 885 personnes handicapées sur une population résidente des ménages ordinaires de 10 503 132 habitants en Guinée. Cette population des personnes handicapées représente environ 1,5 % de l’effectif total de la population guinéenne. Elle est inégalement répartie entre les deux sexes (53% des hommes et 47% des femmes) en dépit de la prédominance de la population féminine au niveau de la population générale au pays », dit-il.

Plus loin, le conférencier (Thierno Saidou Diakité) a tenu à mentionner : « Le code de l’ordre national des architectes est à revoir en son volet installation des ascenseurs. Actuellement, c’est à partir d’un immeuble de cinq étages, que l’ascenseur est obligatoire. Cette norme de construction est à revoir pour exiger à partir du troisième étage un ascenseur. »

« Nous suggérons la création d’un secrétariat et d’un haut commissaire chargé des personnes handicapées. La typologie des personnes vulnérables couvre une pluralité de couches vulnérables, dont la gestion exige une certaine spécialisation », a-t-il conclut.

Mamadou Yaya Barry   

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.