Thyndel, Wouro, Konkola, les écoles Bhoundou-Ghandal et Yacine Diallo : le constat de notre correspondant, à Labé

Print Friendly, PDF & Email

 

Malgré la levée du mot d’ordre de grève annoncé dimanche par certains syndicalistes de l’éducation, les cours n’ont que timidement repris ce lundi 4 décembre 2017 dans la commune urbaine de Labé, chef-lieu de la Moyenne Guinée. Si certains établissements scolaires publics et privés ont reçu du monde, d’autres par contre ont brillé par un manque d’enseignants et élèves.

Au collège Konkola par exemple, le constat révèle que des élèves et certains enseignants ont répondu présents et des cours qui se tiennent dans certaines salles de classe avec des effectifs parfois plats au moment où nous quittions les lieux.

Du côté du collège Thyndel qui partage la même cour que le lycée wouro, le constat n’est pas reluisant.

A 8 heures, quelques élèves étaient dans les salles de classe, mais quelques temps d’attente après, ces élèves ont repris le chemin de la maison, car les enseignants n’y étaient pas.

« Nous, on rentre chez nous puisque, les enseignants n’est sont pas venus, et nous les soutenons dans leurs revendications, nous demandons aux autorités de revoir la situation pour éviter une année blanche », affirme Moussa Diallo, élève de la 9eme année.

A quelques pas de là, se trouve le lycée Wouro. Sur les 13 enseignants, 5 ont répondu présents. Vu le manque de compréhension entre syndicats et gouvernement, le proviseur du lycée Wouro Samba Diallo, émet des craintes quant à l’avenir du système éducatif guinéen.

« Je suis inquiet et je me demande quand les cours vont reprendre. Vous avez constaté vous-même que la situation est déplorable. Nous avons reçu un courrier pour l’élaboration des listes des candidats et les surveillants pour les examens de 2018, mais à l’allure où vont les choses, nous sommes en retard. Le matin, nous avons monté les couleurs mais sur les 13 enseignants, 5 étaient présents », signifie le proviseur.

Dans certains établissent privés comme le complexe scolaire Bhoundou-Gandal et Yacine Diallo, des élèves étaient en classes et suivaient les cours.  Pour le moment, difficile de dire quel sera l’avenir de ce mot d’ordre de grève lancé par la centrale syndicale SLECG… Pendant ce temps, les parents d’élèves sont perplexes.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.