TICAD-8 : des pays africains regrettent l’absence du Maroc, « un pillier de l’Afrique »

Rabat – Le communiqué publié vendredi soir par le ministère tunisien des Affaires étrangères pour tenter de justifier a posteriori l’acte hostile et profondément inamical des autorités tunisiennes à l’égard de la Cause Nationale première et des intérêts supérieurs du Royaume du Maroc, «contient de nombreuses approximations et contrevérités», indique samedi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger.
«Loin de lever les ambiguïtés qui entourent la position tunisienne, il n’a fait que les approfondir», précise le porte-parole du ministère.
La TICAD ne constitue pas une réunion de l’Union Africaine, mais un cadre de partenariat entre le Japon et les pays africains avec lesquels il entretient des relations diplomatiques, ajoute la même source, précisant que la TICAD fait, ainsi, partie des partenariats africains, comme il en existe avec la Chine, l’Inde, la Russie, la Turquie ou encore les États-Unis, et qui ne sont ouverts qu’aux États africains reconnus par le partenaire.
En conséquence, les règles de l’Union Africaine et son cadre de travail, que le Maroc respecte entièrement, ne s’appliquent pas en l’occurrence, souligne-t-on.
Concernant l’invitation de l’entité séparatiste à la TICAD-8, le porte-parole du ministère tient à préciser qu’il a été convenu dès le départ et avec l’accord de la Tunisie, que seuls pourront prendre part à cette rencontre, les pays ayant reçu une invitation cosignée par le Premier Ministre Japonais et le Président tunisien.
Une note verbale officielle diffusée par le Japon, le 19 août 2022, souligne explicitement que cette invitation cosignée est «l’unique et authentique invitation sans laquelle aucune délégation ne sera autorisée à participer à la Ticad 8», en précisant que «cette invitation n’est pas destinée à l’entité mentionnée dans la note verbale du 10 août 2022», c’est-à-dire l’entité séparatiste, précise-t-on de même source, ajoutant que c’est dans ce cadre que 50 invitations ont été envoyées aux pays africains qui ont des relations diplomatiques avec le Japon et que la Tunisie n’avait donc pas le droit d’établir un processus d’invitation unilatérale, parallèle et spécifique à l’entité séparatiste, contre la volonté explicite du partenaire japonais.
Le porte-parole du ministère souligne en outre que le communiqué de la Tunisie fait preuve de la même approximation sur la position africaine. Cette position a toujours été fondée sur une participation inclusive des Etats africains, et non pas des membres de l’UA. Elle est fondée sur la Décision 762 du Sommet de l’UA, qui précise que le cadre de la Ticad n’est pas ouvert à tous les membres de l’UA, et que le format est défini par la même décision et par les arrangements avec le partenaire. Même la résolution du Conseil exécutif de Lusaka de Juillet 2022, s’est contenté d’ «encourage[r] l’inclusivité» tout en la conditionnant par «la conformité avec les décisions pertinentes de l’UA», en l’occurrence la Décision 762, a-t-il expliqué.
Pour ce qui est du fond de la neutralité et de la référence du Communiqué au « respect des résolutions des Nations Unies » par rapport à la question du Sahara, il a relevé que l’abstention surprenante et inexpliquée de la Tunisie lors de l’adoption de la résolution 2602 du Conseil de Sécurité, en octobre dernier, jette un doute sérieux et légitime sur son soutien au processus politique et aux résolutions des Nations Unies.
Par rapport, enfin, à l’accueil réservé par le chef de l’Etat tunisien au chef de la milice séparatiste, le porte-parole a noté que la référence obstinée du communiqué tunisien à «l’accueil des invités de la Tunisie sur un pied d’égalité» suscite la plus grande surprise, sachant que ni le gouvernement tunisien ni le peuple tunisien ne reconnaissent cette entité fantoche. Il témoigne d’un acte d’hostilité aussi flagrante que gratuite, et qui n’a rien à voir avec la «tradition d’hospitalité tunisienne» qui, en tout état de cause, ne peut en aucun cas s’appliquer aux ennemis des frères et amis qui ont toujours été aux côtés de la Tunisie dans les moments difficiles.

Le président de la Guinée Bissau quitte la Ticad 8 pour protester contre la participation du « polisario » imposée par la Tunisie


27 août 2022 Tunis – Le président de la Guinée Bissau et président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), M. Umaro Sissoco Embalo, a quitté la 8ème conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), ouverte samedi à Tunis, pour protester contre la participation du « polisario » imposée par la Tunisie, apprend-on de source diplomatique.
Cette décision vient conforter la position d’un grand nombre de pays africains dont le Sénégal qui a regretté que ce rendez-vous de la Ticad soit marqué par l’absence du Maroc, un éminent membre de l’union africaine, faute d’un consensus sur une question de représentation.
Le Maroc a décidé de ne pas participer au 8ème Sommet de la TICAD qui se tient en Tunisie les 27 et 28 août et de rappeler immédiatement en consultation l’Ambassadeur de SM le Roi à Tunis « suite à l’attitude de ce pays dans le cadre du processus du forum de coopération Japon-Afrique qui vient confirmer de manière flagrante son hostilité à l’égard du Royaume ».

Le Sénégal regrette que la TICAD soit marquée par l’absence du Maroc, un « éminent membre de l’union africaine »


27 août 2022 Tunis – Le président sénégalais et présidence en exercice de l’Union africaine, Macky Sall, a regretté que la 8ème conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), ouverte samedi à Tunis, soit marquée par l’absence du Maroc, un « éminent membre de l’union africaine ».
« Le Sénégal regrette que ce rendez-vous de la Ticad soit marqué par l’absence du Maroc, un éminent membre de l’union africaine, faute d’un consensus sur une question de représentation », a dit M. Sall à l’ouverture de cette conférence.
Il a émis l’espoir de voir ce problème « trouver une solution durable dans l’avenir pour la bonne marche de notre organisation et de notre partenariat dans un cadre serein et apaisé ».
Le Maroc a décidé de ne pas participer au 8ème Sommet de la TICAD qui se tient en Tunisie les 27 et 28 août et de rappeler immédiatement en consultation l’Ambassadeur de SM le Roi à Tunis « suite à l’attitude de ce pays dans le cadre du processus du forum de coopération Japon-Afrique qui vient confirmer de manière flagrante son hostilité à l’égard du Royaume ».

TICAD: Les Iles Comores regrettent l’absence du Maroc, « un pilier de l’Afrique »


27 août 2022 Tunis – Les Iles Comores ont regretté l’absence du Maroc, « un pilier de l’Afrique », de la 8ème conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 8), qui s’est ouverte samedi à Tunis.
« Je voudrais exprimer notre regret pour l’absence du Maroc, un pilier de l’Afrique pour des raisons de conformité des règles établies jusqu’ici pour l’organisation de ce sommet de la Ticad », a dit le Président des Iles Comores, Azali Assoumani, à l’ouverture de cette conférence.
Il a formulé le souhait que « cela n’affectera pas les attentes de nos peuples dans ce partenariat stratégique entre l’Afrique et le Japon ».
Cette position vient conforter celles prises par d’autres Etats africains qui ont dénoncé l’invitation unilatérale par la Tunisie de l’entité séparatiste contre l’avis du Japon et en violation du processus de préparation et des règles établies.
Dans ce sens, le président de la Guinée Bissau et président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), M. Umaro Sissoco Embalo, a quitté cette conférence pour protester contre la participation du « polisario ».
De son côté, le président du Sénégal et Président en exercice de l’Union africaine, Macky Sall, a regretté que la TICAD soit marquée par l’absence du Maroc, un « éminent membre de l’union africaine ».
« Le Sénégal regrette que ce rendez-vous de la Ticad soit marqué par l’absence du Maroc, un éminent membre de l’union africaine, faute d’un consensus sur une question de représentation », a dit M. Sall à l’ouverture de cette conférence.
Il a émis l’espoir de voir ce problème « trouver une solution durable dans l’avenir pour la bonne marche de notre organisation et de notre partenariat dans un cadre serein et apaisé ».
Le Maroc a décidé de ne pas participer au 8ème Sommet de la TICAD qui se tient en Tunisie les 27 et 28 août et de rappeler immédiatement en consultation l’Ambassadeur de SM le Roi à Tunis « suite à l’attitude de ce pays dans le cadre du processus du forum de coopération Japon-Afrique qui vient confirmer de manière flagrante son hostilité à l’égard du Royaume ».

Déclaration du ministre libérien des Affaires étrangères, Dee-Maxwell Saah KEMAYAH, lors du Sommet de la TICAD 8, dénonçant l’invitation de la délégation de l’entité séparatiste et regrettant l’absence du Maroc à ce Sommet


Le ministre libérien des Affaires étrangères, Dee-Maxwell Saah KEMAYAH, a déclaré que « le Libéria souhaite exprimer ses préoccupations concernant ce Sommet de la TICAD 8 », soulignant qu’alors que le Libéria apprécie la participation de toute délégation, qu’elle soit d’Afrique ou de l’extérieur du continent, au Sommet de la TICAD, « nous voulons que cela soit dans le cadre des règles relatives aux invitations ». En effet, le ministre libérien a indiqué que son pays « regrette l’absence du Maroc à ce Sommet », exprimant sa « surprise face à la présence imposée de délégations qui n’ont pas été dûment invitées conformément aux règles d’invitations à la TICAD ». Dans ce contexte, KEMAYAH a « déploré le non-respect des règles établies conjointement avec le Japon, en vertu desquelles des personnes ou des délégations sont invitées au Sommet », appelant ainsi au « respect des décisions de l’Union africaine sur le format de participation aux réunions de partenariat », ainsi qu’« à la suspension des travaux du Sommet de la TICAD, jusqu’à ce que les problèmes liés aux invitations puissent être résolus ».

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.