Timbi-Touni (Pita) : non content d’avoir violé la fillette de 3 ans, il la tue…

Print Friendly, PDF & Email

Le drame s’est produit dans la sous-préfecture de Timbi-Touni, préfecture de Pita, en Moyenne Guinée, le mardi 16 février dernier, mais n’a été rendu public que ce mercredi par la famille de la victime et les autorités locales.

Selon nos informations, c’est un homme d’une quarantaine d’années, communément appelé Diallo, qui aurait violé avant d’assassiner dans sa chambre une fillette de 3 ans.

Jointe au téléphone, la mère de la victime Adama Sira est revenue sur le film du drame en ces termes : « ma fille était en train de jouer vers le lieu où habite l’incriminé, puisque c’est là-bas aussi où habite le grand-frère de mon mari.  C’est ce dernier qui a mobilisé les citoyens du village pour l’aider à fabriquer des briques en terre. Je me suis donc dit d’aller puiser de l’eau pour eux. C’est pourquoi j’ai laissé ma fille devant la maison du frère de mon mari. Elle était en train de jouer avec une autre fille. A mon retour, comme j’ai constaté l’absence de ma fillette, j’ai demandé à ceux qui étaient là-bas, ces derniers m’ont dit que le jeune Diallo a pris ma fille dans le but d’aller acheter des bonbons pour elle. Je suis allé à la boutique, je n’ai vu personne. Après plusieurs heures de recherche, je n’ai pas retrouvé ma fille ».

Et de poursuivre en ces termes : « Donc j’ai alerté tout le village sur la disparition de ma fille. Les gens se sont mobilisés pour m’aider à la retrouver. Nous avons regardé au bord de toutes les rivières. Rien. Maintenant, j’ai demandé aux jeunes de regarder dans la chambre de Diallo, puisque j’avais des doutes. Ce qui fut fait. Dès qu’ils ont défoncé la porte, le corps sans vie de ma fille a été retrouvé sur son lit. Interrogé, il a avoué son crime qu’il commis fait depuis 8h ». 

Très en colère, les jeunes de la localité ont voulu lyncher l’accusé. Il a fallu l’intervention du maire pour sauver sa peau. « C’est hier que nous avons mis main sur le jeune, aux environs de 00 h. C’est Dieu qui nous a aidés à le soustraire des mains de la communauté qui voulait le lyncher vu la nature de son crime. Heureusement, nous avons convaincu les citoyens de ne pas se rendre justice. Nous l’avons transféré à Pita. Il est dans les mains des services de sécurité », nous confie El. Ibrahim Bah.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé. 

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.