Tournoi Col. Doumbouya à Dinguiraye : « c’est un coup d’essai qui est devenu un coup de maître » (Mandian Sidibé)

Le tournoi de football doté du trophée colonel Mamadi Doumbouya a débuté le samedi 05 novembre dernier, au stade préfectoral de Dinguiraye, en présence du conseiller personnel du président de la transition, du ministre de la jeunesse et des sports, du parrain, Mamadou Antonio Souaré et de plusieurs autres invités.
Présent au coup d’envoi du tournoi qui regroupe sept (07) communes rurales et la commune urbaine de Dinguiraye, le directeur général de l’Office guinéen de publicité a tenu d’abord à rappeler l’objectif du tournoi organisé par la jeunesse de Dinguiraye.
« l’objectif de ce tournoi, c’est de raffermir les liens de fraternité, de solidarité, d’amitié entre non seulement les fils du terroir mais également, entre les fils de Dinguiraye et les autres fils du territoire guinéen. C’est chose réussie aujourd’hui. Rien qu’à voir la qualité de la mobilisation, on dit grand merci à Dieu et que les dieux du football aussi soient avec les différentes pour préserver la santé de chacun des participants », a déclaré Mandian Sidibé avant d’inviter la population de Dinguiraye à : « accompagner les actions de son excellence monsieur le président de la république. Parce que je le disais tantôt, Il n’est pas donné à tout le monde d’avoir comme conseiller personnel du chef de l’État, le fils d’une préfecture donnée. Dinguiraye a cette chance aujourd’hui. Tout le monde vous envie. Moi qui suis de Kouroussa, nous vous envions. Et donc, c’est une perle rare qu’il faut préserver. Pour préserver cet acquis, acceptons d’accompagner son excellence monsieur le président de la république ».

Impressionné par la grande mobilisation de la population de Dinguiraye pour le coup d’envoi du tournoi, Mandian Sidibé admet qu’il compte organiser chez lui, à Kouroussa, une compétition identique.
« C’est une grande première qui est réussie, c’est un coup d’essai qui est devenu coup de maître. Eh bon, moi aussi, je vais essayer à Kouroussa. C’est l’émulation mais pas la jalousie », a admis le directeur général de l’OGP.

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.