Connect with us

Sport

Le tournoi corporatif des médias guinéens porte désormais le nom d’Abdoulaye Bah : ‘’tolérance zéro contre le mercenariat’’

Le tournoi corporatif des médias guinéens porte désormais le nom d’Abdoulaye Bah, journaliste Guineenews, décédé le 18 juillet dernier.

Wassolon agency communication, initiateur de cet événement sportif, compte par cet acte immortaliser ce journaliste dont la plume forgeait l’admiration.

Ce tournoi qui est à sa troisième édition est doté du trophée Mamadou Antonio Souaré” et débutera et se tiendra du 5 au 25 décembre prochain.

16 équipes seront en compétition.

Lors d’une conférence de presse qu’il a animée mardi 20 novembre, le directeur général de Wassolon Agency Aboubacar Diallo communication, est revenu sur le choix du nom Abdoulaye Bah.

« Cette année, au-delà du donateur, nous avons voulu rendre hommage à notre confrère feu Abdoulaye Bah, qui nous a quitté, qui a été arraché à notre affection, il y a quelques mois, dans des conditions que nous connaissons tous, dans des circonstances assez douloureuses. Nous pensons que c’est l’événement le plus triste que la presse a connu en cette année 2018. Donc tout le monde connaît l’engagement et l’attachement à tout ce qui touche à la presse. Il était l’un des journalistes les plus fréquents à nos matchs au stade de Nongo, c’est d’abord quelqu’un qui à la base était journaliste sportif avant d’être journaliste politique”, a précisé Aboubacar Diallo.

Plus loin, le directeur général de Wassolon agency a insisté sur le phénomène de mercenariat dans les équipes. Pour lui, il n’y aura aucune tolérance contre ce phénomène.

« Comme les précédentes éditions, la troisième édition s’inscrit dans le cadre de tolérance zéro contre le phénomène de mercenaires. Je crois qu’on n’a pas besoin d’insister assez là-dessus, nos actes et nos décisions sont en faveur de ce combat, ce combat que nous avons mené sans complaisance, parce que la preuve la plus éloquente de notre engagement ira jusqu’au bout dans le cadre du combat contre le mercenariat », insiste-t-il.

Thierno Sadou Diallo

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter