TPI de Dixinn : Nayede Rachid et Ada Affairage ont comparu ce jeudi

Print Friendly, PDF & Email

Annoncée depuis le 20 mai dernier au tribunal de première instance de Dixinn, la bloggeuse Adama Camara dite Ada Affairage a finalement comparu ce jeudi 27 mai 2021. 

La bloggeuse proche de l’artiste Mousto Camara est poursuivie pour  des faits “d’injures et diffamation” à la requête de l’ex-femme du chanteur, M’ Balou Diakité, connue sous le nom de Nayede Rachid et une autre dame du nom de Fatoumata Cherif, administratrice de la page “Mande Ne Mande Di”

A la barre, la célèbre bloggeuse a reconnu en partie les faits qui lui sont reprochés.  Avant de s’expliquer : « Oui. Parce que j’ai répondu à leur provocation. Je ne fais plus de clash, c’est du passé. J’ai été surprise de voir la plainte, (…). Au début, je ne pensais pas qu’on allait être ici. tout a commencé en 2019 quand son mari ( Mousto  Camara) est  sorti sur les réseaux sociaux pour parler d’elle ( Nayede Rachid). »

Quant à Nayede Rachid, dont tout le malheur est  parti des réseaux sociaux quand son ex-époux l’a accusée dans une vidéo devenue virale, elle a confié que Ada est l’une des causes de sa séparation avec l’auteur du morceau “Essentiel”.

« Elle (Ada) marchait souvent avec mon mari. Elle et mon mari, je les ai mis de côté. C’est pourquoi j’ai même précipité le divorce. Je me suis dit que mon mari ne  peut pas marcher avec mon ennemie et que j’accepte. Elle m’a accusée d’être en relation avec Tamsir, elle a même dit que ce dernier est le père de mon enfant. Ce qui est faux.  Elle a aussi dit que je suis en relation avec Levy Bobo…Adama Camara m’a traitée de lesbienne. Elle m’a mise en mal avec ma famille. Donc, je demande justice », a demandé au tribunal Fatoumata Chérif de la page, Mande Ne Mande Ni.

Une situation que la défense, à sa tête Me Sidiki Bérété, a essayé de calmer. En demandant que l’affaire soit réglée à l’amiable. Une option dont la partie civile, à travers Me Salifou Beavogui, dit avoir pris acte.

Soudain, le procureur Daouda Diomandé s’est adressé à la prévenue en ces termes : « Madame, essayez de mettre de l’eau dans votre vin. » Un conseil du procureur qui a été appuyé par celui de la juge Adama Sylla qui a dit  ceci: « essayez d’arrêter. Ce que vous faites, ça y va de votre intérêt. » Avant de renvoyer l’affaire au 10 juin pour les  plaidoiries et réquisitions. 

Elisa Camara 

+224654957322

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.