Connect with us

Politique

TPI de Labé : 144 membres des démembrements de la CENI prêtent serment

Published

on

Les 144 membres des CEPI, CECI et CESPI  de la préfecture de Labé ont prêtés serment dans l’après-midi de ce mercerie 28 août 2019, au tribunal de première instance de la capitale du Foutah Djallon (Labé).

Une cérémonie qui s’est déroulée sous l’œil vigilant de la mission dépêchée par la commission électorale  nationale indépendante (Ceni). Au micro de MEDIAGUINEE,  le chef de mission, Mamadou Safa Tounkara, commissaire à la CENI a tenu à préciser :

« Au début, nous avons eu une prise de contact. Ensuite, nous avons eu la validation des listes suivie de l’inventaire du matériel qui est déjà à la CEPI et après nous avons rencontré les autorités locales pour le bon déroulement de cette prestation de serment. Mais il est important de rappeler qu’avant la validation des listes, il fallait contacter les mandatés et les mandataires pour mettre fin à toute polémique et tout conflit au sein des listes. Toutes les entités que ça soit la mouvance, l’opposition la société civile, l’administration ont déposé des listes consensuelles dont nous avons vérifié l’authenticité. Aujourd’hui, il y’a eu la prestation de serment et nous sommes ravis de vous dire que nous avons maintenant 144 membres des démembrements au compte de la préfecture de Labé.  Leur mission, c’est d’abord, le respect de la loi, faire le travail dans la rigueur, le professionnalisme. A partir du jour où ils ont prêté serment, ils sont tenus par le serment. S’ils ne font pas bien leur travail, c’est la paix qui est mise en cause »

De son côté, le président de la CEPI de Labé a rassuré d’assumer ses prérogatives dans l’esprit de la loi. « C’est un serment qui m’engage, de se serment se dégage des sentiments de responsabilité, après avoir écouté le président du tribunal, je mesure encore une fois la responsabilité que je dois assumer et l’attente des populations que je dois représenter.  Je me suis engagé devant la loi et avec ma conscience, j’assumerais mes prérogatives dans l’esprit de cette loi », a promis Elhadj Lamine Sangaré.

Par ailleurs, on a constaté la frustration de la PECUD qui n’a pas eu de représentants dans les démembrements de la CENI au niveau national. « Le seule problème qui vient de naitre ce matin, c’est le problème de la PECUD. Ça, c’est un problème national, on a reçu des remarques depuis Conakry, que la PECUD n’est pas à jour par rapport au Ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation. Donc, la PECUD ne peut pas intégrer les démembrent », renchérie le président de la CEPI de Labé.

Pour le représentant de cette plateforme de la société civile, les raisons sont entre autres du fait que la PECUD soit opposée au tripatouillage de la constitution. « C’est depuis hier vers 11 heures que nous avons été informé que sur instruction du Ministère de l’administration du territoire, la PECUD est exclue du processus électorale. Le gouvernement est en train de faire la guerre à la PECUD parce qu’elle n’adhère pas au tripatouillage de la constitution. Mais nous allons tout faire pour qu’on soit rétablie dans nos droits », rassure Algassimou Diallo.

Tidiane Diallo, correspondant régional de Labé

+224 620 44 25 83

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook