TPI de Labé : 4 candidats au baccalauréat condamnés à 6 mois de prison, avec sursis

Print Friendly, PDF & Email

Quatre candidats accusés de fraude au baccalauréat session 2022, ont été jugés dans la soirée du lundi 20 juin, au tribunal de première instance de Labé. Après plusieurs heures de débats, les mis en cause ont été reconnus coupables des faits qui leur sont reprochés et ont écopé de 6 mois d’emprisonnement assorti de sursis. Mamadou Moudjitaba Bah, Mamadou Bhoye Diallo, Mamadou Bhoye Souaré et Mamadou Mouctar Diallo sont  les 4 candidats au baccalauréat qui ont été appréhendés la main dans le sac, dans leur centre d’examen au collège Konkola,  le samedi 18 juin, avant d’être mis à la disposition des services de sécurité, comme nous explique, Amadou Oury Diallo, procureur près le tribunal de première instance de Labé.

« Des candidats ont été appréhendés en flagrant délit de fraude, parce qu’il y a eu échange de cahiers de brouillon entre ces différents candidats. C’est la déléguée qui a appréhendé ces candidats. Ils ont été traduits à la compagnie de la gendarmerie qui a dressé un procès-verbal, puis ils ont été déférés. Et hier, ils ont été jugés sur le fondement de l’article 686 du code pénal et condamnés à six (06) mois d’emprisonnement assorti de sursis. Ces candidats au nombre de quatre, font tous l’option Sciences sociales. On ne peut pas distinguer là où la  loi n’a pas distingué, la fraude c’est la fraude. Que vous échangez des brouillons, que vous soyez appréhendés avec un téléphone, ou un document, dès lors que vous utilisez le brouillon d’un autre candidat, la fraude est incontestable »,  affirme Amadou Oury Diallo, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Labé.

Appelés à la barre, ces quatre candidats, tous majeurs, ont reconnu les faits qui leur sont reprochés. Dans son délibéré, le tribunal les a condamnés à 6 mois d’emprisonnement assorti de sursis. Une peine, qu’estime adéquate le procureur Amadou Oury Diallo, qui met en garde les autres candidats qui voudront se livrer à  ce genre de pratique.

« Nous les avons condamnés par sursis parce que nous avons estimé qu’ils sont des délinquants primaires et qu’il fallait leur donner une seconde chance. Et secundo, ils ont été éliminés purement et simplement, de facto, ils perdent cette année. Je pense qu’ils vont comprendre la leçon et à travers eux les autres candidats feront attention, parce que la fraude est prévue et punie par la loi. Que désormais chacun s’y prépare… », conclut le procureur.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.