TPI de Mafanco : le ministère public requiert 7 ans de prison et 100 millions fg d’amende contre Ismaël Condé

Print Friendly, PDF & Email

Poursuivi pour “offense sur la personne du président de la République, production, diffusion et mise à la disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre public, injures menaces commis par le biais d’un système informatique”, le 1er vice-maitre de Matam, Ismaël Condé était devant le tribunal de première de Mafanco ce lundi 21 juin.

Les travaux de ce jour ont porté sur les débats de fond, les plaidoiries et les réquisitions sous la présidence de la présidente du tribunal, Djénabou Dognol Diallo.

A la barre, IsmaëI Condé a rappelé qu’il a été un fervent militant du RPG créé par le président Alpha Condé depuis une vingtaine d’années avant, dira-t-il, de jeter l’éponge au profit du l’UFDG il y a moins d’une année.

Répondant à la question de la présidente du tribunal sur la nature des faits qu’on lui reproche, il a précisé : « Je n’ai jamais voulu utiliser mes publications pour inciter à la violence et je n’ai rien inventé dans tout ce que j’ai dit. Ce que j’ai publié sur son compte facebook est tiré d’un des discours du président Alpha Condé tenu à Paris lorsqu’il était opposant en 2003 », dira-t-il, avant d’ajouter :

« Je ne suis pas le seul à faire la communication politique de ce genre. Mais je suis inquiet parce que je suis le seul à partir en prison. Parce que le Président Alpha Condé lui-même avait dit “on fait la guerre parce qu’on n’a pas de démocratie”. Et Cellou Dalein Diallo a dit au siège de son parti “Si Alpha veut la guerre il y aura la guerre”. L’actuel président de l’Assemblée nationale a dit publiquement que ‘’la communauté Konia n’a pas peur de la guerre”. Mais personne n’est là pour les répondre », a-t-il regretté, avant d’être stoppé par la présidente du tribunal en ces termes : « Restez dans le cadre des d’abats. S’il insiste dans ça, je lui retire la parole. Ne m’imposer pas une façon de travailler », a-t-elle mentionné, avant de lâcher que M. Ismaël Condé a insulté le président. Chose qui a irrité les avocats de la défense qui ont estimé que la présidente a pris une position dans ce dossier. Et qu’elle vient par conséquent, rendre sa décision suite à ce propos. 

De son côté, la représente de l’Etat [Ministère Public] dira dans sa réquisition que la nature des publications postées sur le compte facebook du 1er vice-maire de Matam constitue des propos outrageants à l’endroit du chef de l’Etat et d’incitation à la violence. Et que le prévenu ne devait pas le faire car, poursuit-elle, le président de la République a droit au respect et à la considération.

Poursuivant, elle a demandé au tribunal de condamner Ismaël Condé à 7 ans de prison ferme et 100 millions fg d’amande 

Pour les avocats de la défense, Ismaël Condé est devant ce tribunal parce qu’il a décide de quitter le RPG pour rejoindre l’UFDG et de s’être opposé au changement de la constitution et au 3è mandat. Pour elle (défense), son client est un démocrate, et qu’il devait être relaxé purement et simplement.

C’est après ces différentes interventions que la présidente du tribunal a renvoyé la suite des travaux au 8 juillet pour le délibéré.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.