TPI de N’zérékoré : 64 personnes jugées en matière criminelle en 2017, (Procureur de la République)

Print Friendly, PDF & Email

C’est la salle d’audience dudit tribunal de première instance qui a servi de cadre ce mardi dernier à la présentation des activités réalisées de janvier à décembre 2017. Cette rencontre a connu la participation des services de sécurité venus des préfectures de la région, des responsables syndicaux, des leaders religieux ainsi que des chefs des quartiers de la commune urbaine de N’zérékoré.

D’entrée, le procureur de la République prés le tribunal de première instance de N’zérékoré, Mamadoudjan Bora Diallo a remercié les participants, avant de revenirs sur le bilan de l’année écoulée.

‘’Nous avions pu juger 64 personnes en matière criminelle l’année dernière. Parmi ces jugements, nous avions le procès des principaux acteurs des troubles survenues dans la préfecture de Yomou, 87 personnes interpellées pour dommages aux animaux à Beyla, à Lola et  les audiences foraines  à Gueckédou’’, a-t-il expliqué avant de préciser que tous ces réfractaires ont été jugés et condamnés conformément à la loi.

Concernant les grandes réformes,  il a indiqué que beaucoup de réformes ont été engagées, notamment dans les commissariats urbains de la région et des gendarmeries dont les missions ont visité pour s’enquérir de leurs conditions de travail, et dans le traitement des dossiers qui leur sont transmis.

Dans ces inspections, le tribunal a constaté beaucoup d’anomalies qui ont été remédiées dans leur ensemble telles que les conditions de détentions qui n’étaient vraiment pas dans les normes’’, s’est-t-il réjoui.

Parlant des difficultés, il a évoqué  le manque de matériels de travail, de crédits de fonctionnements. Et face à ces difficultés, il a fait savoir qu’avec la dotation financière du Ministre de la justice et du PNUD que des efforts sont en train d’être consentis à ce niveau.

Pour les perspectives de cette année, le procureur dira que les dispositions sont prises pour ne plus que les dossiers retardent et que les présumés personnes accusées soient jugées dans le temps. Il a aussi promis que les officiers de la police judiciaire qui seront recrutés désormais seront des personnes qui maîtrisent la loi.

Sur les récents lynchages qui ont semé la panique dans la cité dont le dernier cas était survenu à Manangboloye dans la commune urbaine de N’zérékoré, lorsque trois présumés voleurs d’un demi sac de riz ont été lynchés, Mamadoudjan Borra Diallo a informé qu’un groupe de mécaniciens qui auraient commis cette infraction sont en prison plus la famille qui a criée à l’alerte attendent leur jugement qui est en voie, selon lui.

Plus loin, il a rassuré que ces personnes seront jugées conformément à la loi et que tous les autres cas de lynchage seront punis à l’exception du lynchage survenu au gouvernorat dont les enquêtes peines à aboutir par manque de renseignements.

S’agissant du fameux dossier de Zogota, le procureur Diallo a fait comprendre que ce dossier est bel et bien vivant, mais que le paradoxe pour le moment est l’attente d’abord des jugements des responsables militaires qui seraient impliqués et qui doivent être jugés par les tribunaux militaires avant ceux des civils cités dans la même affaire.

Pour terminer, le procureur  a dénoncé l’immixtion des autorités dans les décisions de la justice. Il a par ailleurs invité  la société civile à sensibiliser les citoyens à respecter la loi.

Amara souza, correspondant à N’zérékoré

 

 

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.