TPI de N’zérékoré : des peines de 3 ans requis contre les auteurs d’un viol collectif, à Yomou

Print Friendly, PDF & Email

Les audiences criminelles qui ont repris la semaine dernière se poursuivent au tribunal de première instance de N’zérékoré. Ce jeudi, ce sont trois jeunes qui sont passés à la bar à tour de rôle. Ils sont poursuivis pour viol collectif sur une jeune femme âgée environ de 30 ans et mère de deux enfants.

Gobi Gbamou, Jean Copé Monémou et Ousmane Sylla ont été retenus tous coupables des faits qui leur sont reprochés. Dans leurs plaidoiries, les avocats  de la défense ont plaidé pour la libération de leurs clients. Du viol collectif qu’on reproche à leurs clients, l’avocat précise qu’il s’agit du rapport collectif et non du viol collectif. Car selon lui, la femme qui est plus âgée que ces bourreaux était consentante lors des relations sexuelles.

Malgré le désistement de la partie civile, le ministère public quant à lui, a poursuivi les auteurs de ce viol. Ils ont été tous condamnés à 3 ans de prison ferme chacun par le parquet.

Une peine qui réjouit le procureur du TPI, Aboubacar Sidiki Kanté, avant de déplorer le comportement de la partie civile.

«C’est malheureux. Les parents se sont désistés et c’est pourquoi vous ne les avez pas vu à l’audience. Mais les enfants quand-même ont reconnu les faits. Leur argument est que tout simplement, c’est par la volonté de la femme. Pourtant, dans les auditions tant à l’enquête préliminaire, Ivonne, la victime a expliqué qu’elle a été violée. C’est seulement au tribunal avec le juge d’instruction qu’elle n’a pas pu être entendue. Un procès-verbal de carence a été établi à cet effet. Les raisons, nous les ignorons. Les avocats ont plaidé. Le ministère public a requis 3 ans de prison ferme. Ce sont des jeunes qui sont au collège. Le père de la victime s’est désisté. Mais le ministère public est dans son devoir régalien », a-t-ilexpliqué

Amara Souza Soumaoro

+224 621941777

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.