Transition de 39 mois : « ces mois sont raisonnables s’ils doivent nous mener vers la terre promise » (Aboubacar Manssaré du RTG)

Print Friendly, PDF & Email

39 mois, c’est la proposition faite par le Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD) pour pouvoir organiser des élections et remettre le pouvoir à un président civil élu. Depuis l’annonce de cette proposition faite par le président de la transition, Colonel Mamadi Doumbouya à la télévision nationale ce samedi 30 avril 2022, les commentaires vont bon train et à tous les niveaux soit pour approuver ou pour juger cette proposition assez longue.

Interrogé par notre rédaction ce dimanche 1er mai 2021, sur cette proposition, le président du parti Réveil Toi Guinée (RTG) trouve cette durée de 3 ans 3 mois raisonnables. Ce politicien évoluant en électron libre croit qu’à travers un débat constructif, on saura trouvé la solution qu’il faut pour qu’on puisse réellement faire une transition inclusive, raisonnable et nous menant à une élection qui va permettre au peuple de Guinée d’avoir un chef d’État qui a la vraie carapace lui permettant de nous conduire vers ce qu’on appelle « la terre promise. » 

Pour commencer Aboubacar Manssaré a rappelé qu’il a une approximation entre la durée proposée par la junte et la formation politique qu’il dirige. « Si vous avez bonne souvenance nous, nous avions proposé 3 ans (36 mois ndlr), donc cela voudrait dire qu’il y’a une approximation entre la période que la junte a proposée et la notre. La question de la transition, ce n’est pas la durée, la durée, c’est un élément, mais le plus important c’est que nous devons nous organiser à ce que cette transition soit une dernière, mais elle ne pourrait pas être une dernière si elle est bâclée. Tous les Guinéens de toutes les sensibilités à savoir la junte, les forces vives, les religieux, de façon grosso modo le peuple de Guinée, on doit tous faire à ce que cette transition soit une réussite et une derrière. »

Poursuivant, cet acteur politique trouve que les 39 mois sont assez raisonnables Il invite par ailleurs de se souvenir d’où nous venons. « Nous étions dans un système anachronique, le coup de force a été imposée et si le coup de force n’existait pas, on allait faire 6 ans avec le régime dictatorial du régime Condé. Mais la junte, il faut qu’on reconnaisse cela  a pris le courage de nous en défaire avec le système. Donc comparons 39 mois à 6 ans et essayons d’être logique et juste. Acceptons de venir autour de la table pour discuter avec cette classe politique […] Il faut qu’on est un président émanant de tous les Guinéens. Nos aînés, ont les a beaucoup essayé, la plupart qui sont aujourd’hui dirigeants politiques, ils ont tous gérer des fonctions hautement stratégiques à savoir Premier Ministre,  ministre des Finances ainsi de suite. Mais objectivement, on n’a pas atteint le résultat qu’il faut, nous comprenions cela ne veut pas dire que nous devons les exclure, mais ils doivent comprendre que  leur rôle est nodal », explique-t-il.

Plus loin, cet acteur politique qui a les idées qui concurrent avec les aspirations du CNRD a lancé cette invite : « J’invite le peuple de Guinée, même s’il faut pactiser avec le diable, il faut qu’on le fasse pour que cette transition soit une réussite. Puisqu’elle doit être une dernière transition pour nous (…) D’abord, le travail le plus essentiel, nous sommes pour le recensement de la population, parce que personne ne sait avec exactitude, le nombre de la population guinéenne. D’aucuns disent 15, 13, 14 millions d’habitants. Il n’ya pas un chiffre exact, donc pour le recensement de la population guinéenne, nous sommes pour. Nous sommes pour la reprise du fichier électoral, le combat qui opposait le système d’Alpha Condé à la classe politique, se situait au niveau du fichier électoral. On nous disait que le fichier électoral était taillé sur mesure. Donc, il faut revoir le fichier électoral. Il faut que les élections cette fois-ci, commencent par la base. Si nous voulons qu’un pouvoir soit très bien mené, il faut que les élections commencent de la base au sommet et non du sommet à la base. Nous sommes pour la réussite de la transition, donc nous sommes pour les 30 mois proposés par le président de la transition. Ces 39 mois sont raisonnables si ils doivent nous mener vers la terre promise », argument-il, avant de rappeler au FNDC qu’il ne doit pas à chaque fois recourir à la manifestation, car, dira-t-il, « la manifestation ne résout pas totalement le problème mais la manifestation d’idées oui. »

Mamadou Yaya Barry 

622 26 67 08 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.