Transition : début du cirque loufoque avec les partis politique (édito djoma par mognouma)

Print Friendly, PDF & Email

On ne pouvait pas y échapper, surtout pas du tout, ce  malgré les attitudes accommodantes  d’une classe politique vis-à-vis d’une  junte dont les actions en fioritures   teintées parfois d’impairs laissent subodorer  des pas feutrés des dirigeants confrontés à la réalité du pouvoir.  
La première prise de contact entre les partis politiques et la tutelle du ministère de l’administration du territoire,  a rappelé à l’opinion les différents  dialogues de sourd  qu’il y a eus entre des acteurs  d’alors qui campaient  sur leurs positions partisanes.
 Ce jeu de quilles  qui a  existé à cause de la position partisane des autorités d’alors et  des  failles dans leurs  approches de solutions, doit être rangé dans le lot des souvenirs douleurs de la gestion du pays .  Le contexte qui impose la neutralité aux  nouveaux dirigeants  change complètement la donne.  Cela ne décrète pas cependant la fin  de  cet embrouillamini qui a fini par révulser les Guinéens de la pratique de la politique.
Cette première rencontre qui est une correction du communiqué dont il devait normalement précédé  dans le but de s’accorder avec les invites sur un minimum de consensus, devrait être le début d’un long processus.   Le travail est laborieux et le chemin est plein d’embuches  .   Les  nouvelles autorités devraient,   à cet effet s’adonner à  parfaire la méthode,  sans toutefois tomber dans la permissivité qui a fini par éroder  l’autorité de l’Etat.
Mettre les partis politiques devant   leur responsabilité  de designer leurs représentants au CNT , à défaut de leur en  imposer  ,  est une astuce bien murie, cependant  trop risqué d’accaparement  de leur  dû.  Car on peut bien parier sur une difficile entente entre  ces derniers qui ont laissé transparaitre au gout des jours leurs anciennes habitudes  de ne jamais être  d’accord, au sortir de leur rencontre avec le colonel-Président. C’était  dans le cadre des fameuses concertations factices organisées par celui-ci,  à sa prise de pouvoir.
Rappeler aux acteurs que tous les partis sont égaux  est nécessaire pour tuer les egos surdimensionnés en leur seins. Ce n’est pas pour autant faire nourrir des prétentions excessives aux l’lilliputiens, ces petits partis qui n’ont d’existence que dans les esprits par la force des médias traditionnels et des nouveaux medias.
Au lieu de leur imposer des choix, il faut plutôt leur imposer des critères. Cela pourrait être la participation aux élections nationale, qui est d’ailleurs l’essence  de l’existence des formations politiques.
Par-dessus-tout, la volonté exprimée par le nouveau ministre  de l’administration du territoire, d’aller vite et bien  pour la mise en place du CNT, l’organe essentiel de  la transition, ainsi que  sa méthode qui consiste à privilégier le travail en synergie avec ses cadres  pour des défis disruptifs, démentissent  la caricature faite par une certaine opinion  du jeune ministre à la tête de ce département.  

Mognouma

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.