Transition en Guinée : attention, le tribunal de l’histoire s’ouvrira un jour sur cette parenthèse de la vie de notre chère Nation !

🔴Par Sayon Mara🔴L’atmosphère extrêmement préoccupante qui plane sur notre resplendissant pays, la République de Guinée, ne laisse aucun guinéen épris de paix et de justice indifférent. Elle est si préoccupante qu’elle a fait verser plus d’un dans l’acrimonie. Pourtant, certains récents faits devraient nous servir de leçon pour éviter la reproduction des erreurs du passé.

En effet, la mise en place de la Cour de Répression des Infractions Economiques et Financières (CRIEF), diversement appréciée actuellement par l’opinion nationale et internationale, et le difficile et historique PROCÈS DES ÉVÈNEMENTS DU 28 SEPTEMBRE 2009, devraient non seulement enseigner, mais aussi amener l’ensemble des guinéens à tirer des leçons, réfléchir et réaliser les doigts dans le nez qu’un jour ou l’autre, le tribunal de l’histoire s’ouvrira incontestablement sur la facette de notre histoire que nous vivons présentement.
À proprement parler, ce défilé à la barre du Capitaine Moussa Dadis Camara, du Commandant Aboubacar Sidiki Diakité alias ‘’Toumba’’, des Colonels Claude Pivi et Moussa Kiégboro Camara et autres, tous des hommes forts de la transition de 2009, devrait appeler à l’humilité, servir de leçon et d’avertissement à tous pour l’avenir. En tout cas, pour moult observateurs aujourd’hui, rien ne sera jamais plus vraiment comme avant.
L’ex-président guinéen, le Capitaine Moussa Dadis Camara en prison ? Qui l’aurait cru à un moment donné de l’histoire de notre patrimoine commun ?

Hier, homme fort qui réprimandait et humiliait les anciens hauts fonctionnaires du régime de feu Général Lansana Conté, aujourd’hui le Capitaine Dadis Camara est à la maison centrale à Coronthie, pour son rôle présumé dans le massacre effroyable des événements du stade du 28 septembre. ‘’Toumba’’ qui avait du front tout le tour de la tête et qui était prêt à arrêter tout le monde à l’époque, est incarcéré depuis un bon moment pour les mêmes raisons que son ancien Patron, le Président Dadis Camara. Beaucoup d’autres intouchables de cette époque mouvementée de 2009, sont en train également de méditer sur leur sort à la maison centrale. N’est-ce pas que la vie nous réserve quelquefois plein de surprises et d’enseignements ?

Si Dieu le Tout Puissant prête vie, l’homme verra beaucoup de choses dans le monde d’ici-bas. L’ancien Président du Bénin, Monsieur Hubert Maga, n’a pas eu tort de dire qu’: « Il n’existe que des intouchables de l’instant, des timoniers du temps, des maîtres du moment. Le temps est le maître de tous les maîtres. Il faut rire de tout. Mais devant les grandes décisions de la vie, réfléchissez à hier et pensez à demain. Parce que la nature, dans sa comptabilité, est incorruptible et aucune facture ne restera impayée. La nature est juste.»

Loin de moi une quelconque intention visant à offusquer qui que ce soit, je prends l’exemple sur ce procès du massacre du 28 septembre 2009 qui polarise les attentions depuis quelques jours maintenant, pour attirer l’attention sur le fait que tout guinéen doit désormais garder à l’esprit que chacun fera face un jour ou l’autre aux actes qu’il aura posés à un moment donné de l’histoire de notre pays. Cela est déjà institué dans nos valeurs sociétales.
La vie est comme une soupe au lait, elle change facilement parfois. Si l’enfant prodige de Koulé savait réellement que l’histoire de son passage à la tête de notre pays finirait comme ce que nous sommes en train de vivre actuellement, il se serait certainement gardé de prendre le pouvoir à la mort du Général Lansana Conté (paix à son âme). À quoi bon de prendre un pouvoir, si au bout du tunnel c’est des ennuis, de l’humiliation ? Mais bon, « si je savais, arrive toujours comme les carabiniers, c’est-à-dire après que l’irréparable se soit produit ! »
S’il est vrai que « NOUS DEVONS EVITER LES ERREURS DU PASSE », plutôt que de s’engouffrer dans des esprits de confrontation ou de se livrer à des démonstrations de muscles, chacun doit œuvrer par monts et par vaux à ce que tout le monde participe à la Transition. Cela pourrait inéluctablement contribuer à décrisper l’atmosphère socio-politique dans notre pays et éviter les divergences à une large proportion qui pourrait davantage enliser le pays.

Prions ! Oui, implorons quotidiennement, la miséricorde, la grâce et le secours de Dieu pour la réussite de la Transition en cours dans notre pays. Les Leaders de mains et les bisunessmen de la crise qui s’agitent et font croire à l’opinion que l’histoire en cours pourrait s’écrire sans les Forces Vives de la Nation les plus représentatives, notamment le QUATUOR RPG ARC-EN-CIEL-ANAD-CORED-FNDC POLITIQUE, se trompent fort et sont les premiers ennemis de la transition en cours dans notre pays. Quand on aime quelqu’un, il faut lui dire la vérité, même si cette vérité pourrait blesser des fois ou menacer des intérêts.

La roue de l’histoire tourne. Attention ! ‘’Elle tourne, vite ou lentement, mais sans répit’’. Dans quelques années, les détenteurs de la puissance publique de maintenant rendront compte de leurs gestions. Une manière de dire qu’« IL N’Y A DE FORCE ET DE PUISSANCE QU’EN ALLAH, LE TRES-ELEVE, LE TRES-GRANDIOSE ».

Sayon MARA, Juriste

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.