Transition : la plateforme UPP invite à éviter les ruptures (porte-parole)

Print Friendly, PDF & Email

La coalition dénommée l’Union des Partis Politiques (UPP) s’est réunie une nouvelle fois hier lundi 23 mai 2022, au siège du Parti de l’Unité et du Progrès (PUP) à la Camayenne, pour examiner la situation sociopolitique de la Guinée en transition depuis le coup d’Etat du 5 septembre dernier. Elle a également saisi l’opportunité pour inviter les uns et les autres au dialogue et recommande à éviter la violence. 

Après la rencontre qui s’est tenue à huis-clos, cette coalition membre  du G58 a, face à ces préoccupations et eu égard  aux profondes inquiétudes suscitées, entretenues aujourd’hui par le CNRD du côté des partis politiques, indiqué qu’il est important qu’une voie soit ouverte, la voie du dialogue et de l’apaisement. « Ceux qui se sentent exclus doivent être rassurés, que ça soit une ethnie, que ça soit une organisation, syndicat, société civile,  un parti politique ou un seul ou simple citoyen, tout citoyen  qui se sent exclu doit être rassuré », a fait savoir le porte-parole de UPP. 

Poursuivant, l’ancien Médiateur de la République, Dr Sékou Koureïssy Condé, a expliqué pourquoi ils appellent une fois encore au dialogue. « C’est pour dire que ce que nous sentons venir est inquiétant et préoccupant. Et que le mal qui pointe  à l’horizon peut amener à des prises de positions, à des formes de corps à corps. Il faut sauver l’unité nationale, il faut sauver la paix sociale, il faut éviter par tous les moyens toute attitude, toute décision et comportement qui sera de nature à créer la violence de quelque côté qu’elle soit, il faut éviter la violence », enseigne cet ancien député. 

Pour finir, le président de l’Arena dira ceci : « Nous allons nous adresser non seulement à nos partenaires du groupe G58 et proposer au gouvernement de la transition, la mise en place d’un comité ad-hoc, un comité de consensus composé de 12 personnalités reconnues qui vont parcourir en détail les 3 déclarations du G58 et qui vont parcourir  les actes posés depuis le 5 septembre  à  maintenant, sans regretter globalement et sans prendre globalement mais essayer d’éviter les cassures et  les ruptures, essayer d’arrêter ce qu’on peut considérer comme abus et dire entre Guinéens et faire entre Guinéens et faire en sorte que la paix règne et que le dialogue s’impose dans le débat national ».

Mamadou Yaya Barry

622 26 67 08 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.