Transition militaire en Guinée : une plateforme de la société civile propose un gouvernement de 25 personnes pour une durée de 2 ans

Print Friendly, PDF & Email

La plateforme des organisations de la société civile pour une transition apaisée, à sa tête le jeune activiste  Abdourahmane Bélla Bah, président de la Jeunesse Citoyenne, a livré ce mercredi 7 septembre, une déclaration conjointe pour apporter son soutien aux nouvelles autorités guinéennes, tout en apportant des propositions, des suggestions afin d’éviter les erreurs du passé, comme l’a dit le colonel Doumbouya. Il l’a fait savoir cet après-midi dans un restaurant de la place.

Dans cette déclaration, dont Mediaguinee détient copie, cette structure de la société civile guinéenne suggère aux hommes en tenue  qui ont renversé le régime Condé par les armes le dimanche 5 septembre, de composer un gouvernement de 25 personnes avec une transition de 2 ans. Par ailleurs, ils invitent  tous les acteurs de la société civile crédible, de refuser à ce que des organisations malhonnêtes parlent à leur nom pour conduire les autorités à faire des erreurs. Lisez…

« Le 05 septembre est dans l’histoire de la Guinée, des militaires se sont ralliés à la cause des citoyens pour parachever le combat contre la dictature, qui commençait à prendre forme en Guinée avec des intellectuels malhonnêtes, qui ont choisi le chemin de l’enrichissement illicite oubliant le quotidien des Guinéens. Il n’y avait pas un autre chemin qu’une transition apaisée dans l’intérêt de la Guinée et de tous les Guinéens, pour la mise en place d’un État de droit.

Nous, organisations de la société civile qui avons lutté contre le troisième mandat et qui souhaitons que la Guinée sorte de la nuit des ténèbres ,saluons les premiers actes posés à savoir la volonté de libérer les détenus politiques et surtout cette minute de silence consacrée aux différentes victimes face à des bourreaux, qui prouvent l’humanisme,  et sur ceux, nous apportons un soutien au Comité national de redressement et de développement abrégé CNRD et nous souhaitons la réussite de la transition.

Par ailleurs, nous apportons aux nouvelles autorités, des propositions, des suggestions afin d’éviter les erreurs du passé comme l’a dit le colonel Doumbouya. 

– D’abord, conduire la transition en personne pour éviter de rentrer dans une querelle de leadership, et confier la primature à une personne crédible qui fait l’unanimité en termes d’intégrité et de probité morale.  Nous avons vu le cas du Mali avec le président de la transition qui était un civil et qui a créé une crise. 

– Ensuite, la mise en place d’une cellule de  réflexion pour des propositions  sur une charte de la transition, des organes de la transition, des membres des gouvernements crédibles, les personnes pour diriger les organes de la transition et le chronogramme de la transition. 

– En plus,  l’équipe gouvernementale peut être constituée  de 25 personnes au maximum pour éviter des dépenses de trop qui mettront en mal nos finances déjà en difficultés et la durée de la transition sur 2 ans.

– Enfin, Refuser le retour des démons, les sirènes révisionnistes d’hier dans la nouvelle équipe qui sans aucun doute mettront le pays en arrière, avec la manipulation ethnique et la corruption et qui fera perdre aux nouvelles autorités la confiance du peuple

– Surtout, ne pas écouter, et céder à la pression des organisations internationales qui malheureusement condamnent l’aspiration du peuple,  alors qu’un coup d’Etat constitutionnel a occasionné plus de 200 morts malheureusement,  ils ont continué à collaborer avec les autorités d’hier.

La Guinée appartient aux Guinéens, nous invitons tous les acteurs de la société civile crédible, de refuser à ce que des organisations malhonnêtes parlent à notre nom pour conduire les autorités à faire des erreurs. Prenons nos responsabilités, pour faire des propositions afin que la Guinée retrouve le chemin de la paix, de la justice et de l’Etat de droit.» 

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.